Lyon: Le Grand Stade de Décines va permettre 800 emplois permanents

EMPLOI Une charte d'engagement a été signée mardi par les principaux acteurs de la future enceinte de l'OL, qui ouvrira en janvier prochain...

Jérémy Laugier

— 

La signature de la charte, ici dans les mains de Laurence Fautra.
La signature de la charte, ici dans les mains de Laurence Fautra. — J.Laugier-20 Minutes

« Il s’agit d’un outil formidable pour la création d’emplois. » C’est ainsi que Jean-Michel Aulas a présenté le Grand Stade mardi lors de la signature de la charte d’engagement en faveur de l’emploi, de l’insertion, de la formation et du développement des compétences. A ses côtés dans la nouvelle enceinte de Décines, le président de la Métropole de Lyon Gérard Collomb a soigné son début d’intervention : « Il est des moments de la vie où il ne faut pas bouder son plaisir. Et aujourd’hui, je ne boude pas mon plaisir ».

Le maire de Décines Laurence Fautra n’a pas cherché à dissimuler un sourire ironique à ce moment-là. « Il y a eu 31 personnes de Décines qui ont pu participer au chantier en phase de construction. Pour que les Décinois s’approprient ce projet, il faut qu’ils soient intégrés par l’emploi. Ça n’a pas été le cas dans le passé mais je ne lâche rien pour les 2.500 demandeurs d’emploi de ma commune », a ainsi assuré cette dernière, qui veille aussi « à limiter au maximum les nuisances pour la population ».

Jusqu’à 2.500 personnes mobilisées les soirs de match

584 personnes ont été recrutées en insertion professionnelle depuis 2011, dont la majorité était originaire de l’Est-Lyonnais. Le Grand Stade, qui ouvrira ses portes le 10 ou le 24 janvier prochain, va s’accompagner de plus de 800 emplois permanents sur le site (contre 250 actuellement à Gerland). Et même entre 2.000 et 2.500 personnes mobilisées les soirs de match.

Jean-Michel Aulas, qui vise « plus de 4 millions de visiteurs » la première année sur ce site qu’il voit comme « un véritable lieu de vie 365 jours par an », s’est amusé des tensions encore apparentes mardi entre Laurence Fautra et Gérard Collomb : « C’est émouvant de les avoir côte à côte ici aujourd’hui. C’était plus difficile en phase de projet ».