VIDEO. OL: «Claudio Beauvue n'a aucune limite», estime Steve Savidan

FOOTBALL Comme la nouvelle recrue lyonnaise, Steve Savidan a découvert la Ligue 1 sur le tard. L'ancien attaquant de Valenciennes et des Bleus se retrouve dans sa détermination sur le terrain... 

Jérémy Laugier

— 

Claudio Beauvue, qui devance ici Steed Malbranque, s'est totalement révélé la saison passée avec Guingamp.
Claudio Beauvue, qui devance ici Steed Malbranque, s'est totalement révélé la saison passée avec Guingamp. — FRED TANNEAU / AFP

Non conservé à Nantes à l’âge de 18 ans et auteur de saisons mitigées en L2 (22 buts en 123 rencontres de 2007 à 2013) à Troyes puis Châteauroux, Claudio Beauvue s’apprête à découvrir la Ligue des champions avec l’OL. L’attaquant guadeloupéen a attendu d’avoir 26 ans pour se révéler en L1, grâce à une superbe saison à 27 buts inscrits, dont 17 dans l’élite, avec Guingamp.

Une trajectoire imprévisible qui n’est pas sans rappeler celle de Steve Savidan, parvenu en L1 à 28 ans avec Valenciennes avant de connaître une sélection en équipe de France deux années plus tard. « J’ai été un peu plus long à la détente que d’autres pour assimiler les exigences du football professionnel entre 20 et 25 ans », se souvient l’ancien attaquant de VA.

« On a un peu plus faim que tout le monde »

Ce retard peut-il s’avérer être une force ? « Ce n’est pas une faiblesse en tout cas. Avec notre vécu, on sait minorer à la fois les périodes négatives et positives », explique « Savigol », auteur d’au moins 13 buts en L1 lors de ses trois saisons au plus haut niveau, à Valenciennes puis à Caen.

Celui-ci retrouve dans l’éclosion de Claudio Beauvue « la même détermination » qu’il a pu avoir à la fin des années 2000. « On a un peu plus faim que tout le monde. Nous voulons le ballon avant les autres car on ne l’a pas eu pendant si longtemps. Quand on voit aujourd'hui le jeu de tête de Claudio, pour un joueur de sa taille (1,74m)…», confie Steve Savidan, qui passe actuellement ses diplômes d’entraîneur avec les ex-Lyonnais Sidney Govou, Ludovic Giuly et Cris.

« J’étais tout le temps au taquet »

« Cris vient de me dire que j’étais vraiment un joueur chiant à marquer car j’étais tout le temps au taquet, à l’image du but que j’ai mis à Gerland face à lui (en 2006, à 1'35'' sur la vidéo ci-dessous). » Six ans après l’arrêt brutal de sa carrière en raison d’une anomalie cardiaque, l’ancien buteur se réjouit de la trajectoire de Claudio Beauvue.

« Sa réussite me conforte dans l’idée qu’il existe un autre chemin, en dehors de celui linéaire menant des centres de formation à la L1 dans la foulée, constate Steve Savidan. Il est peut-être plus long mais il fournit des joueurs beaucoup plus percutants. Claudio Beauvue n’a selon moi aucune limite ». En rejoignant Lyon cet été, il va vite avoir l’opportunité de le prouver.