ASSE: «Pierre-Yves Polomat sort bonifié de son prêt», confie l'entraîneur de Laval Denis Zanko

FOOTBALL Le latéral gauche de 21 ans, champion du monde U20 aux côtés de Paul Pogba en 2013, espère s'imposer à Saint-Etienne cette saison, après avoir enchaîné à Laval 14 rencontres de L2 depuis janvier...

Jérémy Laugier

— 

Pierre-Yves Polomat a participé à sa première rencontre avec le groupe professionnel stéphanois le 26 septembre 2012, en Coupe de la Ligue à Lorient.
Pierre-Yves Polomat a participé à sa première rencontre avec le groupe professionnel stéphanois le 26 septembre 2012, en Coupe de la Ligue à Lorient. — JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Le 13 juillet 2013, Pierre-Yves Polomat est devenu champion du monde, après son entré en jeu à cinq minutes de la fin de la prolongation, en finale du Mondial U20 face à l’Uruguay (0-0, 4 tirs au but à 1). Mais contrairement à ses partenaires Paul Pogba, Geoffrey Kondogbia, Florian Thauvin, Kurt Zouma et Samuel Umtiti, le latéral gauche titré en Turquie n’a pas encore confirmé les espoirs placés en lui.

A 21 ans, il est de retour à Saint-Etienne après deux prêts en L2, à Châteauroux puis à Laval. « Le petit Polomat a fait de très bons matchs à Laval, confie Roland Romeyer. Nous avons de nombreuses demandes de clubs de L2 qu’il a impressionnés. Peut-être que ça sera la bonne nouvelle de la reprise. » Un message qui n’est pas innocent alors que l’ASSE va recruter un latéral gauche plus expérimenté pour succéder à Franck Tabanou, parti à Swansea.

Denis Zanko : « Pierre-Yves est un charmant garçon »

Fort de ses 17 matchs consécutifs (deux passes décisives) en L2 depuis janvier, Pierre-Yves Polomat peut ambitionner un rôle de joker chez les Verts, au détriment de Jonathan Brison. « Pierre-Yves est arrivé chez nous avec une blessure à la cheville, explique Denis Zanko, son entraîneur à Laval qui aurait aimé le conserver cette saison. Mais une fois qu’il a mis les pieds dans l’équipe, il n’en est plus sorti. Il a imposé le respect avec son gros volume de jeu. »

Si bien que le Martiniquais est sorti « bonifié » de son prêt, comme en atteste Denis Zanko, qui loue ses qualités humaines : « C’est un charmant garçon qui s’est fondu dans le moule ». Son renvoi du centre de formation de l’OM pour « des bêtises extra-sportives » à 16 ans semble donc bien loin. Après lui avoir permis de disputer quatre rencontres de coupe avec les Verts, dont la première à Lorient à seulement 18 ans, Christophe Galtier, qui était « en échanges permanents » avec Denis Zanko, pourrait vite lui tendre la main.