UberPop: Un client défiguré après avoir été agressé par des taxis à Lyon

INFO 20 MINUTES Depuis que le Préfet du Rhône a pris un arrêté interdisant les activités de transports UberPop, les tensions montent…

Caroline Girardon

— 

Capture d'écran de la photo publiée sur le compte Facebook d'Alexandre, violemment agressé par des taxis.
Capture d'écran de la photo publiée sur le compte Facebook d'Alexandre, violemment agressé par des taxis. — Capture d'écran Facebook

Sa course s’est terminée avant même qu’il ne grimpe dans la voiture. Bilan des opérations : un nez fracturé et 21 jours d’ITT. Voilà ce qui est arrivé à un homme de 26 ans, dans la nuit de samedi à dimanche vers 2h30 dans le quartier de la Confluence de Lyon.

Son tort : avoir voulu faire appel à un conducteur « UberPop » après qu’un chauffeur de taxi a refusé de le conduire, prétextant d’être en grève. « Il a été frappé au visage à coups de poing par des chauffeurs de taxi », indique la police lyonnaise.

Dix minutes plus tard, c’est un conducteur de VTC (voiture de transport avec chauffeur) qui a été pourchassé quai Rambaud par des taxis. L’homme, qui n’a pu empêcher la dégradation de son véhicule, est néanmoins parvenu à s’échapper et à se réfugier au commissariat de Lyon 7ème, selon la Sûreté du Rhône.

Lyon : Le Préfet du Rhône interdit UberPop

Depuis jeudi, jour où le Préfet du Rhône a pris un arrêté interdisant les activités de transports UberPop, les tensions montent. Pris pour cible, les conducteurs « UberPop » ont décidé de monter un collectif sur Internet : « Pour que Uber continue à Lyon ». L’objectif : atteindre rapidement la barre des 10.000 membres de soutien pour peser dans le débat.

«Faire pression sur l'Etat»

« Il ne s’agit pas de se positionner contre les taxis, affirme Baudoin, 25 ans. Si la mobilisation prend, on entend faire pression sur l’Etat pour qu’il légifère car nous ne sommes pas des hors-la-loi. »

« Notre activité est déclarée, nous avons un statut d’auto-entrepreneur. Nous payons des charges même si ce n’est pas le cas de tous les adhérents d’UberPop », reconnaît Thibault, l’un de ses collègues.

« Nos clients ne sont pas ceux des taxis »

Les deux jeunes ont décidé de se lancer dans l’aventure il y a quelques mois afin de compléter leurs revenus. Mais depuis quelques jours, ils redoutent de prendre le volant, se sentant « en insécurité. »

« Je suis tombé récemment dans un traquenard, témoigne Baudoin. Des conducteurs de taxi m’ont appelé se faisant passer pour des clients. Ils ont ensuite cassé le rétroviseur de ma voiture à coups de pied, et rayé avec une clé tout un côté du véhicule. » Mais le jeune homme n’est guère décidé à arrêter ses activités secondaires, plaidant pour la libre concurrence dans les transports.

Strasbourg : Des conducteurs de taxis en garde à vue pour leur action contre UberPop

« Nos clients ne sont pas ceux des taxis, indique-t-il. Il s’agit surtout de jeunes âgés de 18 à 35 ans, qui font appel à nos services car nous sommes moins chers. »

C’est le cas de Martin. « Un trajet entre le centre-ville de Lyon et la Croix-Rousse me revient à quatre euros, explique-t-il. Soit quasiment trois fois moins qu’un taxi. » L’argument économique n’est pourtant pas le seul avancé par ce client.

UberPOP : Plus de 420 procédures judiciaires engagées par le gouvernement depuis janvier

« Ils ne refusent jamais une course même pour une courte distance. Quand vous montez dans la voiture, vous n’avez pas un compteur qui affiche déjà cinq euros sans savoir d’où sort cette somme, lance Martin. Enfin, le gros avantage est que l’on peut suivre en direct son trajet sur l’application et vérifier que le conducteur n’est pas en train de faire volontairement des détours pour gonfler la note. D’autant qu’avant de commander la course, on reçoit toujours une estimation du coût de l’itinéraire. »

« Il faut savoir que beaucoup de nos clients sont des jeunes rentrant de soirée, souvent bien éméchés, détaille Thibault. Ils nous disent qu’ils font appel à nos services plutôt que de prendre leur voiture ou un taxi jugé trop cher. »

Reste à savoir si ces arguments vont adoucir la colère des taxis qui envisagent de manifester jeudi à Lyon.