Lyon: Une nuit pour créer des emplois

INNOVATION Mille participants vont se réunir jeudi pour tenter de proposer des projets innovants et booster ainsi l'économie locale...

Caroline Girardon

— 

Bordeaux, 13 decembre 2012. - Illustration de bureaux
Bordeaux, 13 decembre 2012. - Illustration de bureaux — S. ORTOLA / 20 MINUTES

« Un monde à réinventer ». Voilà le challenge que se voient offrir les 1.000 personnes qui participeront jeudi à la Halle Girard dans le quartier de la Confluence, à la première WIN de France. La WIN, c’est la « Waoup Innovation Night » ; autrement dit une soirée de créativité, organisée par la Wouap Factory, communauté lyonnaise de talents qui créent les entreprises de demain.

« L’idée est de rebooster l’économie et l’emploi. La crise n’est pas une fatalité », explique Marion Morel, en charge de la communication de l’événement. « On souhaite ainsi montrer qu’il n’est pas difficile de créer une start-up et que cela n’est pas réservé uniquement aux étudiants sortant des écoles de commerce. Chacun peut devenir entrepreneur même ceux qui s’ignorent. »

La nuit est ainsi ouverte à tous : demandeurs d’emploi, étudiants, actifs ou retraités. Toutes les idées sont les bienvenues. Les participants seront répartis dans différentes équipes, sans forcément se connaître. « On a volontairement associé des personnes aux profils très différents, révèle Marion Morel. Elles seront encadrées par un accompagnateur qui guidera leur réflexion ou les conseillera. »

« Lever les appréhensions »

L’objectif est donc de faire émerger à terme de nouvelles entreprises. « Les projets les plus intéressants seront sélectionnés pour être retravaillés par les membres de la Wouap Factory », indique Marion Morel.

« A travers cette initiative, on souhaiterait montrer que les start-up ne sont pas que du numérique. On travaille actuellement par exemple sur des projets concernant la fabrication de lunettes avec des montures interchangeables, ou une conciergerie rurale qui rassemblerait plusieurs commerces en un même lieu ».

« Les gens n’osent pas forcément se lancer dans la création d’entreprises car ils pensent souvent ne pas avoir le bon profil. Cet événement doit permettre de lever les appréhensions », conclut Marion Morel.