Ligue 1: «Le cri d'amour» de la nouvelle panthère de l'ASSE Max-Alain Gradel

FOOTBALL L'attaquant ivoirien s'est dit «fier d'être stéphanois» après avoir signé un nouveau doublé face à Guingamp (2-1) samedi. Sa célébration spéciale de la panthère répondait à une demande des supporters...

À Saint-Etienne, Jérémy Laugier

— 

A nouveau renversant face à Guingamp (2-1) samedi, Max-Alain Gradel a tenu à manifester son attachement à l'ASSE.
A nouveau renversant face à Guingamp (2-1) samedi, Max-Alain Gradel a tenu à manifester son attachement à l'ASSE. — JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Insaisissable en 2015 avec 13 buts inscrits en L1, Max-Alain Gradel l’a aussi été dans sa célébration samedi. Auteur d’un doublé face à Guingamp (2-1), l'attaquant ivoirien s’est à chaque fois jeté au sol pour se transformer en panthère.

« Je pensais que cela venait d’Alex mais j’ai découvert que la panthère était au départ Salif Keita », a expliqué après la rencontre l’intéressé. « La plupart des grands buteurs de l’ASSE [Alex, Bafétimbi Gomis] ont fait la panthère. Ça montre qu’il fait partie de ceux-là. Il est déchaîné depuis la CAN », confie son compatriote Ismaël Diomandé.

Fabien Lemoine : « Lorsqu’il est revenu de blessure, c’était une machine »

« Ça ravive la flamme, sourit Fabien Lemoine, qui ne tarit pas d’éloges sur son partenaire. Lorsqu’il est revenu de blessure en janvier, c’était une machine. Il a montré qu’il était vraiment costaud dans sa tête. »

Max-Alain Gradel l’a prouvé une nouvelle fois samedi, quatre jours après avoir semé le trouble à l’ASSE en déclarant que son club n’était « pas vraiment ambitieux » car « il n’arrêtait pas de vendre ses meilleurs joueurs ».

Max-Alain Gradel : « J’aimerais rester à Saint-Etienne »

« Beaucoup de supporters m’ont demandé de faire la panthère et j’ai eu envie de la faire pour le dernier match de la saison », explique Max-Alain Gradel, qui refuse d’admettre qu’il s’agissait de son dernier match sous le maillot vert, quatre ans après son arrivée dans le Forez.

« J’aimerais rester, assure-t-il, après avoir embrassé le blason de l’ASSE durant le match. Ma déclaration était un cri d’amour pour Saint-Etienne. Ma fille est née ici et je suis fier d’être stéphanois. Peut-être que le club va changer [de stratégie quant aux transferts de ses meilleurs joueurs] à partir de moi. »