Asvel: «Notre grand ami Aulas n'a pas gagné tout de suite», sourit Tony Parker

BASKET Le président villeurbannais a annoncé samedi ses projets pour un club où il se voit rester durant trente ans, et où il vient de prolonger l'entraîneur JD Jackson pour deux saisons...

Jérémy Laugier

— 

Tony Parker a tenu une conférence de presse ce samedi au siège de l'Asvel.
Tony Parker a tenu une conférence de presse ce samedi au siège de l'Asvel. — ROMAIN LAFABREGUE / AFP

«C’est une première saison de folie à la présidence», a immédiatement souri Tony Parker, au moment de tirer un bilan incomplet samedi en conférence de presse. Incomplet car l’Asvel joue ce samedi (18h30) son avenir en Pro A, un revers face à Paris-Levallois pouvant l’éliminer de la course aux play-offs.

Le meneur de jeu des Bleus a notamment eu à gérer la non-qualification pour l’Euroligue l’été dernier, le licenciement de son «ami» Pierre Vincent, le départ d’Edwin Jackson vers Barcelone ou encore la grave blessure de l'arrière américain Taurean Green. «On a dû bricoler toute la saison. On a eu des hauts et des bas et j’espère qu’on pourra se qualifier pour les play-offs ce soir», a sobrement commenté Tony Parker au sujet de sa première année de présidence.

Tony Parker: «On garde JD Jackson pour créer de la continuité»

«De toute façon, je suis là pour le long terme, a-t-il annoncé avec détermination. Je compte garder le club pendant 25-30 ans et le faire grandir. Il faut être patient. On est excité et on veut vite gagner mais ça ne se passe pas comme ça. Notre grand ami Aulas n’a pas gagné tout de suite avec Lyon. Puis il a remporté huit titres d’affilée (sept en fait). Si on pouvait faire ça un jour, ce serait pas mal.»

Le président de l’Asvel a profité de cette conférence de presse pour annoncer la prolongation de deux ans de l’actuel entraîneur JD Jackson, arrivé en décembre dernier à Villeurbanne. «On garde JD pour créer de la continuité. Ça se passe très bien pour lui avec nos joueurs et nos jeunes. Il a en plus fait un gros effort financier et ça a joué dans la balance», reconnaît le joueur des Spurs, qui installe dans le même temps Nordine Ghrib comme manager général (son «bras droit») du club.

L’Asvel aura «moins de moyens» pour le recrutement la saison prochaine et va «davantage se consacrer à l’académie et à la salle». Au sujet de cette nouvelle salle vivement espérée par Tony Parker depuis sa prise de fonction, celui-ci se montre relativement confiant : «C’est la clé du succès de notre projet et ça avance. Mais on est en France, c’est la vitesse escargot !»