NBA: «Avec les Spurs, nous ne sommes jamais morts», annonce Tony Parker

BASKET Tony Parker est revenu samedi sur sa saison à San Antonio, marquée par une élimination prématurée en play-offs. Le meneur de jeu des Bleus a sa petite idée sur le futur vainqueur NBA... 

Propos recueillis par Jérémy Laugier

— 

Tony Parker estime qu'il y a 50% de chances de voir le Big Three reconstitué dans le Texas la saison prochaine.
Tony Parker estime qu'il y a 50% de chances de voir le Big Three reconstitué dans le Texas la saison prochaine. — Garrett Ellwood / NBAE / Getty Images / AFP

C’est un Tony Parker souriant et lucide qui s’est présenté samedi après-midi en conférence de presse à Villeurbanne. Venu assister au dernier match de la saison régulière de Pro A entre l’Asvel et Paris-Levallois, le président villeurbannais est longuement revenu sur l’élimination surprise de San Antonio, dès le premier tour des play-offs NBA. Il a aussi donné quelques éléments sur l’avenir de sa franchise, avec laquelle il a remporté quatre titres.

Comment avez-vous vécu cette élimination des Spurs face aux Clippers ?

C’est une déception mais avec du recul, on a fait une série de 3-4 ans assez incroyable avec l’équipe (finale de conférence en 2012, finale NBA en 2013 et titre en 2014). Si on relativise, on a tout donné face aux Clippers.

Qu’a-t-il vraiment manqué à San Antonio pour aller plus loin cette saison ?

Ça ne se joue à rien. On mène 2-1 puis 3-2 dans la série et nous sommes à +3 et +4 à deux minutes de la fin du match 7. Les Clippers ont mis de gros tirs. Peut-être fallait-il que la roue tourne. On a quand même gagné pendant beaucoup d’années avec San Antonio. Ça fait 15 ans qu’on joue à un très haut niveau et les Clippers ne nous avaient jamais battus en play-offs. Le match 7 était extraordinaire. On en tirera les leçons et on reviendra plus fort l’année prochaine.

Quel bilan personnel tirez-vous de cette année NBA ?

C’était une saison un peu difficile quand même. J’ai bien commencé puis j’ai eu ma blessure à l’ischio qui m’a quand même embêté pas mal de temps. Puis j’ai eu des problèmes d’usure au tendon d’Achille en play-offs. Ce n’est pas ma meilleure saison, c’est sûr. Ça va me donner beaucoup de motivation pour l’équipe de France et pour ensuite revenir à mon meilleur niveau l’année prochaine. Ça va me faire changer un peu ma préparation. A partir du 1er juin, je vais effectuer un tout nouveau programme de musculation pour éviter toutes ces petites blessures. Je vieillis, c’est comme ça (sourire).

Sentez-vous cette équipe toujours aussi motivée malgré de nombreuses saisons au sommet ?

Oui, avec les Spurs, nous ne sommes jamais morts. A chaque fois les médias nous enterrent mais on sera toujours là. Je fais confiance à coach Popovich et RC Buford (directeur général des Spurs) pour faire les changements nécessaires afin qu’on soit encore très fort la saison prochaine.

Le Big Three sera-t-il toujours là ?

C’est la grande question. Je pense que ça commence avec ça : Tim (Duncan) et Manu (Ginobili) vont-ils revenir ? Franchement je n’en ai aucune idée. Je pense que c’est du 50-50. On en saura plus sur le recrutement à partir du 1er juillet (moment à partir duquel les franchises NBA peuvent signer des free agents). Est-ce qu’on arrivera à signer (LaMarcus) Aldridge (Portland) ou Marc Gasol (Memphis) ?

Qui va être champion NBA cette saison ?

(Il hésite longuement). Je pense que la finale sera Golden State-Cleveland. Et ce sera quand même dur de battre Golden State, qui a l’avantage du terrain.