Lyon: Le laboratoire P4 veut aller encore plus loin dans ses recherches

SANTE Manuel Valls, le Premier ministre est venu inaugurer lundi l'extension du bâtiment qui a doublé sa surface...

C.G. avec AFP

— 

Lyon, le 11 mai 2015. Une équipe de chercheurs dans le nouveau laboratoire P4 de Lyon. PHILIPPE DESMAZES/AFP
Lyon, le 11 mai 2015. Une équipe de chercheurs dans le nouveau laboratoire P4 de Lyon. PHILIPPE DESMAZES/AFP — AFP

L'agrandissement de sa surface de 200 mètres carrés devrait lui permettre de passer la vitesse supérieure. Le Premier Ministre Manuel Valls s'est rendu lundi à Lyon pour inaugurer l'extension du laboratoire P4, présenté comme «le plus grand laboratoire européen de haute sécurité biologique».

C'est là, dans ce bunker ultra-sécurisé, que des chercheurs ont isolé le virus de la fièvre hémorragique Ebola en mars 2014.

Le laboratoire P4 a validé un test de diagnostic rapide du virus Ebola

Cet agrandissement «va permettre de séparer les activités recherche et diagnostic, de disposer d'une biobanque» et de créer une zone spécifiquement dédiée aux bactéries pathogènes «et ainsi continuer à faire avancer la recherche», s'est félicité le Premier ministre.

Dans cette nouvelle zone, les chercheurs pourront examiner des bactéries pathogènes comme les souches multirésistantes de tuberculose. Chose qui était alors impossible. «On ne mélange pas dans la même pièce virus et bactéries, les équipements n'étant pas les mêmes», explique le directeur du P4 Hervé Raoul.

Les virus dangereux encore mieux surveillés

«Avec le laboratoire d'Atlanta, le nouveau laboratoire de Lyon sera le seul capable de travailler sur la tuberculose multi-résistante», complète Yves Levy, le président-directeur-général de l'Inserm.

«La France est à la pointe dans le domaine de la santé et de la biotechnologie», a souligné Manuel Valls, relevant qu'elle était «au 5e rang mondial pour la recherche».