Ligue 1: «Chacun pense à sa petite gueule», dénonce Christophe Galtier

FOOTBALL L'entraîneur stéphanois n'a pas épargné son groupe, qui a subi samedi à Bastia (1-0) sa première défaite en L1 depuis près de trois mois... 

Jérémy Laugier

— 

L'entraîneur de l'ASSE a très mal vécu le faux pas samedi de son équipe en Corse (1-0). La Ligue des champions pourrait s'éloigner ce dimanche. PASCAL POCHARD-CASABIANCA
L'entraîneur de l'ASSE a très mal vécu le faux pas samedi de son équipe en Corse (1-0). La Ligue des champions pourrait s'éloigner ce dimanche. PASCAL POCHARD-CASABIANCA — AFP

Leurs ambitions de podium se sont sans doute envolées sur l'Ile de Beauté. Après avoir ouvertement annoncé viser la troisième place dans la semaine, Christophe Galtier y compris, les Verts ont brutalement chuté à Bastia (1-0) samedi.

Souvent débordés (11 tirs à 6 au total), les Stéphanois se sont logiquement inclinés sur un but de Floyd Ayité (84e). Il s'agit du premier revers de l'ASSE en Ligue 1 depuis le 15 février à Bordeaux (1-0). Une série de 5 victoires et 4 nuls avait entre-temps permis aux partenaires de Loïc Perrin de légitimement rêver de Ligue des champions.

«Quand je vois la gueule que certains font, j'aurai rendez-vous avec eux»

Désormais dépassés par l'OM au goal-average pour la 4e place directement qualificative en Ligue Europa, ils pourraient être largués à cinq longueurs de Monaco (3e) en cas de succès de l'ASM ce dimanche (17h) face à Toulouse. «Si ça continue comme ça, on va finir avec 60 points (le total actuel, à trois journées de la fin). On aura gâché une saison qui n'était certes pas exceptionnelle sur le plan du jeu mais qui était jusque-là une belle saison en terme de points», met en garde Christophe Galtier.

Ce dernier, pourtant élogieux envers son groupe six jours plus tôt, lors de la victoire (1-0) contre Montpellier, s'est montré très véhément après la rencontre en Corse. «Je constate simplement que l'équipe n'est plus l'intérêt principal du vestiaire. Chacun pense à sa petite gueule. Chacun ne voit pas plus loin que son nombril. L'état d'esprit se perd. Quand je vois la gueule que certains font, j'aurai rendez-vous avec eux cette semaine», a pesté l'entraîneur stéphanois, à qui beaucoup prêtent des envies d'ailleurs cet été.