Ligue A: «La pression sera sur Paris», estime le président de l'Asul Krassimir Todorov

VOLLEY Après l'avoir emporté (3-0) mardi lors de la demi-finale retour du championnat de France, les Lyonnais envisagent avec confiance le bouillant match d'appui, vendredi (17h) à Paris...

Jérémy Laugier

— 

Le central écossais Mark McGivern peut jubiler. L'Asul s'est montrée à la hauteur de l'événement mardi en dominant Paris (3-0).
Le central écossais Mark McGivern peut jubiler. L'Asul s'est montrée à la hauteur de l'événement mardi en dominant Paris (3-0). — Romuald Cortes

Il faudrait bien plus que la maîtrise affichée durant toute la demi-finale retour (3-0) mardi face à Paris pour impressionner l'entraîneur lyonnais Silvano Prandi. «Le match parfait n'existe pas. On doit notamment améliorer nos attaques après réceptions», lance le technicien italien de 67 ans, notamment vainqueur de la Ligue des champions en 1980 avec Turin.

Le charisme et l'expérience de ce dernier ne sont pas étrangers à la rencontre de haut niveau livrée par ses hommes au Petit Palais des Sports de Gerland. «La moitié de la bataille se joue en analysant les statistiques et le coach a bien ajusté le plan de jeu en travaillant beaucoup sur les stats de notre défaite à l'aller à Paris (3-1)», confie le central écossais Mark McGivern, qui refuse malgré tout de parler d'«avantage psychologique» avant le match d'appui dans la capitale vendredi (17h).

«Nous avons une équipe qui ne désespère jamais»

«J'espère que nous aurons un avantage physique car les Parisiens m'ont déjà semblé moins frais qu'au premier match», évoque par contre le capitaine de l'Asul Vladimir Nikolov, véritable détonateur mardi avec 18 points inscrits à 64% de réussite. Promus et maintenus à la toute dernière journée la saison passée, les Lyonnais sont dans le sillage du pointu bulgare aux portes de la première finale de leur histoire, synonyme également de qualification en Ligue des champions.

«Je m'attendais à ce que Paris fasse un match d'un plus haut niveau chez nous, commente le président de l'Asul Krassimir Todorov. Vendredi, la pression sera sur Paris, qui est favori avec cette troisième rencontre dans sa salle Charpy. Mais nous avons une équipe qui ne désespère jamais.» Une caractéristique qui est sur le point de conduire la surprise de la saison le 9 mai à la Halle Carpentier