Ligue 1: Jean-Pierre Caillot serrera la main d'Hubert Fournier «sans arrière-pensée»

FOOTBALL Si le président du Stade de Reims n'avait pas apprécié le départ d'Hubert Fournier à Lyon il y a onze mois, il ne garde aucune animosité avant de l'accueillir pour Reims-OL dimanche (21h)...  

Jérémy Laugier

— 

Hubert Fournier a notamment connu avec le Stade de Reims la remontée en Ligue 1, le 18 mai 2012.
Hubert Fournier a notamment connu avec le Stade de Reims la remontée en Ligue 1, le 18 mai 2012. — FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

«Rassurez-vous, on ne va pas se taper dessus!» Il n'a pas fallu longtemps à Jean-Pierre Caillot pour s'amuser de l'appel de 20 Minutes concernant le retour d'Hubert Fournier à Reims ce dimanche (21h). Onze mois plus tôt, le président du Stade de Reims n'était pas vraiment emballé à l'idée de le voir s'engager avec l'OL.

«Forcément, il avait prolongé de deux ans son contrat avec nous six mois plus tôt, confie-t-il. Il tenait à participer à la phase de construction du club, avec notamment le déménagement du centre de formation. Ce timing de départ [fin mai] n'était pas facile à avaler. Et quand il me dit qu'il reste et que trois jours après, il s'en va à Lyon...»

«Il n'était pas question qu'il fasse exploser le Stade de Reims»

Pour autant, Jean-Pierre Caillot garde en tête «une histoire de cinq ans de vie commune sportive, quand même» (dont quatre en tant qu'entraîneur principal). Avec à la clé une remontée en Ligue 1 le 18 mai 2012, deux saisons seulement après une autre accession en L2. «Je n'aurai pas d'arrière-pensée quand je lui serrerai la main dimanche», assure le président rémois, qui avait toujours protégé son ex-entraîneur, même quand Reims était 18e en janvier 2013.

C'est aussi pour cette raison qu'il en a voulu à Hubert Fournier de tenter de recruter à Lyon le préparateur physique du club Laurent Bessière. «Il n'était pas question qu'il fasse exploser le Stade de Reims. Je suis content que Laurent Bessière ait eu des valeurs et qu'il soit resté chez nous», précise Jean-Pierre Caillot, qui a accepté le départ d'Hubert Fournier à l'OL contre 400.000 euros.

«Nous sommes prêts à créer l'exploit»

Le président champenois sait malgré tout apprécier la réussite de ce dernier, au sommet de la L1 avec Lyon: «J'observe son évolution, ainsi que celle de Krychowiak [ex-joueur rémois] à Séville et j'en tire une petite fierté». Hubert Fournier retrouvera également dimanche son ancien adjoint Olivier Guégan, avec qui la collaboration avait été plutôt houleuse lors de la saison 2012-2013, poussant Guégan hors du banc rémois durant l'été 2013.

«On se connaît par cœur et on a vécu de grandes choses ensemble. C'est ce qu'il faut retenir», assure le nouvel entraîneur du Stade de Reims (14e), qui vient de l'emporter (1-2) samedi dans un match crucial pour le maintien à Bastia. «On s'attend à souffrir mais on va se bagarrer avec nos armes. Nous sommes prêts à créer l'exploit», explique le successeur de Jean-Luc Vasseur. «On vendra chèrement notre peau», confirme Jean-Pierre Caillot. Conserver sa place de leader dimanche soir dans la Marne aurait forcément une saveur particulière pour Hubert Fournier.