Olympique Lyonnais: «On aurait dû tuer le match», regrette Henri Bedimo

FOOTBALL Le latéral camerounais évoque pour «20 Minutes» le derby qui a vu l'OL concéder dimanche le nul (2-2) malgré sa «meilleure mi-temps de la saison»...

Propos recueillis par Jérémy Laugier

— 

Henri Bedimo tente ici de s'interposer devant Romain Hamouma, qui a réussi son grand pont sur Anthony Lopes avant de donner l'avantage à l'ASSE (1-2). JEAN-PHILIPPE KSIAZEK-AFP
Henri Bedimo tente ici de s'interposer devant Romain Hamouma, qui a réussi son grand pont sur Anthony Lopes avant de donner l'avantage à l'ASSE (1-2). JEAN-PHILIPPE KSIAZEK-AFP — AFP

Il avait des jambes de feu lors de l'entame tonitruante des Lyonnais dimanche soir. Omniprésent sur le flanc gauche, Henri Bedimo a su habilement combiner avec son compatriote Clinton Njie pour tourmenter après seulement quarante secondes la défense renforcée de l'ASSE. Le latéral camerounais confie sa frustration à 20 Minutes après ce nul (2-2) dans le derby.

Quel sentiment avez-vous suite à ce match nul après une heure en infériorité numérique?

Il y a forcément de la frustration de n'obtenir qu'un nul quand on voit le contenu du match. Et nous sommes déçus car nous voulions offrir cette victoire à nos supporters par rapport au match aller (3-0).

On a en effet eu la sensation que vous vouliez d'emblée leur rendre la claque subie dans le Chaudron?

C'était ça l'idée. On a eu quelques situations avant le penalty et l'expulsion (29e) où on aurait dû tuer le match. C'est un peu frustrant.

Personnellement, on vous a vu omniprésent durant cette grosse entame lyonnaise...

On avait à cœur de vraiment user les Stéphanois sur les côtés afin de les faire courir dans le sens de la largeur. C'était un peu ça le plan de jeu.

Était-ce la meilleure mi-temps de l'OL depuis le début de la saison?

C'est vrai, je pense bien, en termes d'intensité et de qualité technique. Il y avait peu de déchets.

N'étiez-vous donc pas abattus de rentrer aux vestiaires en étant menés (1-2)?

Non, au contraire. Nous étions très motivés pour cette deuxième mi-temps. On a montré jusqu'au bout qu'aujourd'hui, on voulait vraiment la gagne.

Comment considérez-vous ce résultat dans la lutte pour le titre?

Il ne change rien. L'idée est toujours la même: dans un premier temps, il faut protéger cette deuxième place. Après, si on peut aller titiller le PSG [coleader avec un match en retard], on va le faire. Mais il faut être réaliste: aujourd'hui, il faut protéger la deuxième place.

Comment jugez-vous votre compatriote Clinton Njie, auteur de deux buts et une passe décisive lors des trois dernières journées?

Clinton me surprend moi aussi. Il essaie de montrer des choses à chaque match. Des fois ça ne réussit pas trop, comme pour tout le monde mais il s'accroche. Il ne faut pas que les supporters oublient que c'est un jeune joueur.