Ligue 1: «Au moins, on a eu des explications de l'arbitre», apprécie Alexandre Lacazette

FOOTBALL Frustrés par la double peine ayant entraîné l'égalisation de Max-Alain Gradel et l'expulsion de Lindsay Rose dans le derby (2-2) dimanche, les Lyonnais ont malgré tout apprécié le dialogue de Saïd Ennjimi...

Jérémy Laugier

— 

Alexandre Lacazette a pu ne pas toujours être d'accord avec Saïd Ennjimi, il a apprécié son dialogue dimanche dans le derby.
Alexandre Lacazette a pu ne pas toujours être d'accord avec Saïd Ennjimi, il a apprécié son dialogue dimanche dans le derby. — PHILIPPE MERLE / AFP

C'est évidemment le tournant de ce 110e derby. Jamais le leader lyonnais n'a livré une demi-heure de cette intensité durant la saison. Une bonne forme retrouvée avec les deux succès de rang et surtout une envie débordante de prendre sa revanche sur le voisin stéphanois, qui l'avait puni (3-0) dans le Chaudron à l'aller. Mais à la 29e minute, Lindsay Rose repousse devant la cage lyonnaise la tentative de Landry Nguemo avec son bras légèrement décollé du corps.

Saïd Ennjimi n'hésite pas et applique implacablement la double peine, avec un penalty transformé par Max-Alain Gradel et un carton rouge pour le défenseur lyonnais. «Je pense que la double peine est assez sévère mais c'est le règlement. Il y a main même si elle est plutôt collée à mon corps», soupire l'intéressé, qui a mis longtemps à se plier à cette décision arbitrale sur le terrain.

Clément Grenier: «Ça ne s'est pas vu qu'on était dix»

«Ce n'est pas sévère, c'est la règle. M.Ennjimi a été à la hauteur de l'événement ce soir», a sobrement commenté Hubert Fournier après la rencontre. La frustration visible chez les joueurs est restée bien mesurée dans les propos, à l'instar d'une petite confidence d'Alexandre Lacazette: «On ne va pas polémiquer. Au moins c'est l'une des seules fois de l'année où on a des explications de l'arbitre. On peut ne pas être d'accord mais il donne son point de vue. Ça nous manque le reste du temps de ne pas avoir de réponses instantanées qui permettraient de ne pas s'énerver ou déraper.»

Malgré cette infériorité numérique ayant forcément coupé la dynamique de l'OL, foudroyé par le réalisme stéphanois à la pause (1-2), les joueurs retiennent la réaction et la quasi-maîtrise du jeu à dix contre onze en deuxième mi-temps. «Ça ne s'est pas vu qu'on était dix et Saint-Etienne repart avec un point très chanceux», lance ainsi Clément Grenier.

«On peut être frustré par rapport aux deux points perdus mais on peut aussi se dire qu'à dix, on a sorti les tripes. Je suis fier de mes gars», indique de son côté Lindsay Rose, remplacé en défense centrale par Maxime Gonalons. «On a su montrer beaucoup de mental à dix contre onze, ce qui est réjouissant. Je suis fier de jouer dans cette équipe», ajoute lui aussi le meilleur buteur du championnat Alexandre Lacazette.