Ligue 1: «Le football est parfois un peu bizarre», constate Hubert Fournier

FOOTBALL Comme beaucoup, l'entraîneur lyonnais n'a pas compris comment son équipe, si conquérante pendant la première mi-temps du derby face aux Verts dimanche, pouvait être menée (1-2) à la pause...

Propos recueillis par Jérémy Laugier

— 

Hubert Fournier regrette que l'OL n'ait désormais plus son destin entre ses pieds dans la course au titre.
Hubert Fournier regrette que l'OL n'ait désormais plus son destin entre ses pieds dans la course au titre. — PHILIPPE MERLE/AFP

Au terme d'un derby (2-2) passionnant de bout en bout, à l'image de cette première énorme occasion de Clinton Njie après seulement quarante secondes de jeu, l'OL sort forcément frustré. Car les Lyonnais ont nettement dominé les débats, y compris en infériorité numérique. Hubert Fournier reste malgré tout optimiste en vue des cinq dernières journées de championnat.

Quel sentiment domine pour l'OL ce soir?

Il y a forcément de la déception par rapport au résultat. Mais il y a aussi une grande fierté par rapport à la production de l'équipe ce soir dans une première demi-heure de grand niveau, avec beaucoup d'intensité. En deuxième mi-temps, en infériorité numérique, on n'a pas lâché et on a poussé jusqu'au bout pour aller gagner ce match-là. Chapeau aux joueurs d'y avoir cru jusqu'au bout malgré les événements contraires.

Quel a été votre discours à la mi-temps où vous étiez menés (1-2) totalement contre le cours du jeu?

Il fallait forcément calmer les joueurs afin qu'ils ne fassent pas faire n'importe quoi en deuxième mi-temps. Il fallait rester équilibré mais surtout croire en nous. Sur ce qu'on avait produit, on voyait bien qu'on était ce soir au-dessus de cette équipe stéphanoise. Elle avait du mal à passer le milieu de terrain mais il y a eu deux erreurs défensives qu'on a payées cash. Le premier but a enrayé la dynamique de l'équipe. Le football est parfois un peu bizarre. On y a cru jusqu'au bout et on a fait preuve d'un grand caractère.

Quelles sont vos chances pour le titre dans votre situation actuelle (leader au goal-average sur le PSG mais avec un match de plus que les Parisiens) à cinq journées de la fin?

Malheureusement, nous ne sommes plus maîtres de notre destin pour le titre. Mais tant qu'il y a un peu d'espoir, pourquoi pas... A nous de valider la Ligue des champions le plus rapidement possible.