Ligue 1: «On n'a pas osé», regrette Max-Alain Gradel

FOOTBALL A l'instar de l'ailier ivoirien, les Stéphanois regrettent de ne pas avoir fait preuve de plus d'ambitions dans le jeu malgré leur supériorité numérique à Gerland face à l'OL (2-2)...

Jérémy Laugier

— 

Max-Alain Gradel et Loïc Perrin se congratulent après l'égalisation de l'Ivoirien mais ont des regrets sur le jeu pratiqué dimanche par l'ASSE.
Max-Alain Gradel et Loïc Perrin se congratulent après l'égalisation de l'Ivoirien mais ont des regrets sur le jeu pratiqué dimanche par l'ASSE. — JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Leurs réactions ont beau être mitigées, les joueurs stéphanois savent qu'ils ont manqué une opportunité en or dimanche à Lyon (2-2) de remporter les deux derbies de la saison, et surtout de rattraper Monaco (3e). Un constat difficile à imaginer après une première demi-heure totalement maîtrisée par le leader lyonnais, avec un but de Clinton Njie à la clé, ainsi que trois autres énormes occasions.

«C'est un miracle d'obtenir un point au vu de cette entame, confirme le toujours lucide capitaine Loïc Perrin. Même en infériorité numérique, les Lyonnais n'ont pas hésité à attaquer.»

«C'est difficile d'accepter de se faire dominer comme ça»

Car la double peine subie par l'OL suite à la main de Lindsay Rose a permis à l'ASSE de réaliser un braquage de rêve à la pause, avec le penalty de Max-Alain Gradel sanctionnant le défenseur de l'OL (31e), puis un deuxième but de Romain Hamouma, bien lancé par Benjamin Corgnet (45e).

«On n'a pas osé, on n'a pas joué et ça reste en travers de la gorge, regrette Max-Alain Gradel, qui n'a que très peu pu s'illustrer dimanche. A 11 contre 10, c'est difficile d'accepter de se faire dominer comme ça. Mais prendre quatre points contre Lyon cette saison, c'est pas mal quand même.» Il est effectivement certain que les supporters stéphanois auraient signé en début de saison pour pareil bilan face au voisin.