Loire: La piste du djihad envisagée après la disparition d'une ado de Roanne

DISPARITION INQUIETANTE Inès, 15 ans, perdue «entre religion et bêtises d'ado», selon sa mère, a disparu depuis le 24 mars...  

Elisa Frisullo

— 

Google map de la ville de Roanne.
Google map de la ville de Roanne. — DR

Toutes les pistes sont envisagées depuis la disparition d'Inès, 15 ans, portée disparue depuis près de deux semaines. Y compris la piste du djihad, selon la mère de la jeune fille, mobilisée pour retrouver son enfant qui a quitté le domicile familial de Roanne dans la Loire, le 24 mars, et n'a plus donné de nouvelles depuis.

Deux autres jeunes filles aperçues avec elle

Ce jour là, l'adolescente d'1,53m, brune aux yeux noisette, aurait passé l'après-midi à Lyon, avec deux autres filles, un peu plus âgées, qui ne se sont pas manifestées depuis, et aurait été aperçue pour la dernière fois à la gare de Lyon, à Paris.

Elevée dans un islam modéré et pratiquante selon sa mère, interrogée par BFMTV.com, la jeune fille était devenue récemment plus «rebelle, plus dure». «Il y a deux ans, elle est tombée dans les réseaux sociaux. Elle a commencé à beaucoup s'intéresser à la religion et à partir dans un islam un plus dur. Elle m'a demandé à porter le foulard, j'ai refusé. Elle s'est mise à faire la prière et à passer son temps à lire des choses sur la religion», confie à 20 minutes Alexandra Declérieux, la mère d'Inès.

«Perdue entre religion et bêtise d'ado»

«Puis elle s'est calmée, a fait des bêtises d'ado, a eu des copains. Et il y a un mois, elle a recommencé la prière», ajoute la mère de famille qui élève seule ses trois enfants. Selon elle, Inès aurait déjà quitté le domicile familial après des disputes, mais jamais sans donner de nouvelles. «Je savais où elle était, elle ne voulait plus me voir c'est tout. Parce qu'on s'était engueulé», ajoute, très inquiète, Alexandra qui envisage toutes les pistes possibles.

«Les enquêteurs ne me disent pas grand-chose, mais j'ai compris à leurs questions qu'ils envisageaient la piste du djihad. Pour moi, tout est possible, car ma fille est un peu perdue entre la religion et les bêtises d'adolescentes.Je pense aussi à l'enlèvement.»

La jeune fille, qui était en contact ces derniers temps avec des jeunes de Paris via les réseaux sociaux, aurait également pu se rendre dans la capitale pour les rejoindre, selon sa mère, partie à Paris pour retrouver la trace de sa fille.

Un appel à témoins pour disparition inquiétante a été lancé. Une page Facebook a également été créée par la mère de famille pour mobiliser le plus grand nombre de personnes autour de la disparition d'Inès.