Lyon: Bientôt des chèques-taxis pour rentrer de boite sans danger?

VIE NOCTURNE La Ville de Lyon planche sérieusement sur l'instauration de ce système qui permettrait d'offrir aux jeunes un moyen de transport sécurisé pour rentrer chez eux...

Elisa Frisullo

— 

Le 25 mai 2011, illustration de taxis à Lyon. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES
Le 25 mai 2011, illustration de taxis à Lyon. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

A défaut de métros tardifs, les jeunes noctambules Lyonnais pourraient bientôt bénéficier de chèques taxis pour rentrer chez eux au petit matin après une soirée trop arrosée. La Ville de Lyon, qui a présenté jeudi la dernière version de sa charte pour la qualité de la vie nocturne, planche en effet depuis plusieurs mois sur l'instauration de ce système, déjà expérimenté depuis 2013 à Nancy ou encore à Metz.

Dès cet été?

Calqué sur le modèle des tickets restaurants, ce dispositif permettrait aux jeunes de moins de 25 ans, via une application smartphone, de charger une somme à dépenser pour une course en taxi, précise la mairie de Lyon. «L'objectif est d'éviter que les jeunes ne prennent le volant après avoir bu», ajoute l'adjoint PS à la Sécurité de la Ville de Lyon, Jean-Yves Sécheresse, qui dans le cadre de la charte signée avec près de 150 professionnels de la nuit, espère avancer sur cette question d'ici à l'été.

Un dispositif financé par tous les acteurs concernés

Pour voir le jour, ce dispositif devra bénéficier du soutien de tous les acteurs concernés, la ville ne comptant pas financer seule ces chèques taxis, qui pour avoir du succès auprès les jeunes devront être en partie pré payés. «L'idée, c'est que tout le monde participe un peu et finance en partie la course», ajoute Jean-Yves Sécheresse. 

La ville mettrait la main à la poche, l'Etat serait également sollicité, tout comme les parents soucieux que leurs enfants rentrent sans danger. Les établissements de nuit, où les jeunes passent leurs soirées, devraient également participer

Les chauffeurs favorables

«Les chauffeurs de taxi, avec lesquels nous devons discuter, devraient quant à eux s'engager sur un créneau horaire à ramener les jeunes de soirée», ajoute l'adjoint.

Une idée qui ne semble pas déplaire aux chauffeurs, nombreux à sillonner la ville la nuit, après l'arrêt des transports en commun. «Nous sommes favorables. Ce système a déjà existé un temps à Lyon pour ramener les personnes âgées. Les chauffeurs qui roulent la nuit manquent de travail. Cela pourrait leur en ramener et leur permettre de maintenir leur activité», estime Pascal Wilder, représentant de la Fédération des taxis indépendants de Lyon.