Top 14: Tenter de sauver le LOU «n’est pas un cadeau» pour Olivier Azam

RUGBY Le remplaçant du manager Tim Lane est conscient du défi qui l'attend, à six journées de la fin du championnat...

Jérémy Laugier

— 

Le demi de mêlée Mathieu Lorée croit au maintien du LOU, qui a six journées pour rattraper les six points séparant les Lyonnais des premiers non relégables. FREDERIC LANCELOT/SIPA
Le demi de mêlée Mathieu Lorée croit au maintien du LOU, qui a six journées pour rattraper les six points séparant les Lyonnais des premiers non relégables. FREDERIC LANCELOT/SIPA — SIPA

«Un plan de jeu qui se veut simple.» Voici pour le président du LOU, Yann Roubert, la marche à suivre en Top 14 à la suite du départ, «d’un commun accord», du manager australien Tim Lane dimanche dernier. Assisté de Scott Wisemantel et David Ellis, Olivier Azam a été promu entraîneur principal avant les six derniers matchs de championnat, où les Lyonnais (13es) comptent six points de retard sur les deux premiers non relégables, Brive et La Rochelle.

«On se devait de réagir. Une opération commando se monte pour cette fin de saison et personne ne lâche dans ce club», assure Yann Roubert. «Le groupe s’est resserré et s’est dit les choses, confirme le demi de mêlée lyonnais Mathieu Lorée. Nous avons un potentiel énorme, avec des joueurs qui aiment jouer au ballon. On croit vraiment au maintien et nous sommes prêts à aller à la guerre samedi (15h) à Montpellier.»

«Un peu de remous» cette semaine

L’électrochoc souhaité avec le départ de Tim Lane permettra-t-il au LOU de décrocher sa première victoire de la saison loin du Matmut Stadium? «Il faudra peut-être essayer de grappiller un point car Montpellier reste un des cadors du championnat», annonce avec prudence Olivier Azam, d’autant que l’ouvreur international François Trinh-Duc est de retour chez l’étonnant 9e du Top 14.

S’il reconnaît qu’il y a eu «un peu de remous» depuis dimanche soir, le nouvel entraîneur principal du LOU croit en l’état d’esprit des joueurs, symbolisé par cette fameuse réunion en fin de semaine passée pour donner toutes les chances au club de sauver sa peau dans l’élite. «A eux de montrer qu’ils n’ont pas fait ça pour rien...», précise celui qui s’est déjà engagé avec Oyonnax pour la saison prochaine.

«Mais jusqu’à preuve du contraire, c’est le nom du LOU qui apparaît sur ma fiche de paie, répond sèchement Olivier Azam à ce sujet. Ce n’est pas un cadeau ni une situation qu’on a voulue. Mais c’est un sacré défi...»

Un calendrier plutôt abordable

Parmi les cinq équipes de bas de tableau, qui se tiennent en sept points,
le LOU (13e) est la seule à ne pas affronter une seule formation du Top 5 lors
des six dernières journées. En se rendant à Brive (11e) le 11 avril puis en recevant La Rochelle (12e) le 9 mai, les Lyonnais ont l’opportunité de combler leur retard face à des concurrents directs. «Il faudra gagner au moins quatre matchs, dont trois à domicile qui sont à notre portée», estime Yann Roubert.