Viols sur des enfants en Isère: La crainte d'autres victimes gagne les écoles où le directeur a travaillé

ENQUËTE A Saint-Clair-de-la-Tour, où il a enseigné en 2011-2012, une réunion est organisée ce jeudi à destination des parents de ses anciens élèves...

Elisa Frisullo

— 

Villefontaine, le 24 Mars 2015, le directeur du groupe scolaire Mas du Raz, est soupçonné d'avoir violé des enfants de son établissement. C. Girardon / 20 Minute
Villefontaine, le 24 Mars 2015, le directeur du groupe scolaire Mas du Raz, est soupçonné d'avoir violé des enfants de son établissement. C. Girardon / 20 Minute —

Ces dernières heures, les appels s'enchaînent à la mairie de Saint-Clair-de-la-Tour. Dans cette petite commune iséroise, les parents ont appris par la presse l'arrestation puis la mise en examen mercredi de Romain F., directeur de l'école du Mas de la Raz à Villefontaine soupçonné de viols sur plusieurs de ses élèves.

«Monsieur F. a été directeur de l'école primaire de Saint-Clair-de-la Tour entre 2011-2012. Il avait alors une classe de CE1», indique Aline Humbert, directrice des services de la mairie. Alors, forcément, la crainte que des enfants de la commune aient pu être victimes du professeur hante les familles.

Pas de retour des enfants, en classe verte cette semaine

Pour les rassurer et les informer, une réunion est organisée ce jeudi soir dans la commune, à destination des familles, dont les enfants, aujourd'hui scolarisés en classe de CM2, étaient dans la classe du professeur de 45 ans, qui a avoué avoir imposé des fellations à plusieurs élèves du Mas de la Raz. Des psychologues seront présents lors de cette réunion prévue par la municipalité et l'Education nationale.

L'enseignant mis en examen et écroué

Pour l'heure, aucun élément permettant de penser qu'un enfant de Saint-Clair-de-la-Tour ait été abusé n'est remonté jusqu'à la mairie. Mais les élèves concernés, en classe verte depuis le début de la semaine, n'ont pas été informés de l'affaire et n'ont donc pas pu en parler en famille. «Les parents veulent notamment qu'on leur explique comment évoquer ce sujet avec leurs enfants. Ils ont aussi besoin de voir qu'ils ont le soutien de tout le monde: la mairie et l'Education nationale», ajoute Aline Humbert, qui comme de nombreux habitants de la commune, a côtoyé le directeur. Sans pouvoir soupçonner de tels actes.

«On ne pouvait pas se douter de ça. Comme c'est le cas dans ce genre d'affaires, cela ne se voit pas sur leurs visages. Mais on ne comprend pas comment, des gens comme lui qui ont été condamnés pour ce type de faits, puissent encore être en contact avec des enfants», ajoute la directrice des services.

Les écoliers auditionnés

A Villfontaine, où Romain F a dirigé deux autres écoles, les parents des établissements concernés, très inquiets, ont été réunis ces derniers jours. «Pour le moment, il n'y aurait pas eu de remontées d'autres faits de viols dans ces établissements. Les faits sont sans doute centralisés sur le Mas de la Raz», avait indiqué mercredi à 20 minutes Jacques Do Santos, adjoint au maire de Villefontaine en charge des Affaires scolaires.

Mais l'enquête, confiée à la brigade de protection des mineurs, ne fait que commencer. Et de nombreux écoliers devraient être auditionnés dans les prochaines semaines pour déterminer si d'autres victimes sont à déplorer. Dans la classe de CP de 28 élèves dont le directeur avait la charge cette année, mais également dans les écoles où il a exercé ces dernières années.