Olympique Lyonnais: Seul Jean-Michel Aulas vient en aide à Yoann Gourcuff

FOOTBALL Très critiqué et même moqué par Le Gorafi depuis sa mystérieuse sortie sur blessure face à Nice (1-2) samedi, le meneur de jeu de l'OL a reçu le soutien de son président...

Jérémy Laugier

— 

Touché à la cuisse face à Nice samedi, Yoann Gourcuff est depuis resté dans son éternel mutisme. Fabrice Elsner
Touché à la cuisse face à Nice samedi, Yoann Gourcuff est depuis resté dans son éternel mutisme. Fabrice Elsner — SIPA

Il a bien besoin du soutien de son président depuis samedi. En cinq saisons, 18 blessures, et seulement 23 matchs de L1 disputés dans leur intégralité, Yoann Gourcuff a souvent eu l’occasion de se mettre Gerland à dos. Mais jamais le meneur de jeu international n’avait atteint pareil niveau d’impopularité qu’en quittant ses partenaires face à Nice (1-2), sans une explication ou un regard, après une frappe manquée ayant entraîné une nouvelle rechute musculaire.

«Il faut être tolérant avec lui, a réclamé Jean-Michel Aulas dans Le Progrès. Il ressent une immense déception par rapport à ce qu’il souhaitait apporter à l’OL. Avec cette nouvelle blessure, il a compris qu’il allait encore être l’objet de reproches.» Comment pourrait-il en être autrement suite à pareille fuite vers les vestiaires, laissant ses partenaires à dix pendant deux minutes avant l’entrée en jeu de Mohamed Yattara

Le Gorafi et Footballfrance s'en donnent à cœur joie

Egalement blessés samedi, Maxime Gonalons et Maxwel Cornet ont cherché jusqu’au bout à éviter ce revers synonyme de perte de la place de leader... La toile se déchaîne depuis trois jours, avec en point d'orgue un article de l'incontournable Gorafi sur «son maillot portant la mention "attention fragile"» et un autre de Footballfrance annonçant «la venue à Lyon de Dr House». Le détournement réalisé l'an passé par l'humoriste Julien Cazarre s'est également offert une seconde jeunesse.

«La déclaration d’Hubert Fournier n’avait rien de négatif», assure pendant ce temps Jean-Michel Aulas, qui ne ferme toujours pas définitivement la porte à une prolongation de contrat cet été.

Il n’empêche que le regard noir de l’entraîneur lyonnais pour accompagner son sanglant «J’espère qu’il est blessé» ne laisse plus place au doute. Après Claude Puel et Rémi Garde, Hubert Fournier se heurte à son tour à la fragilité chronique de ce talent dont a si peu profité l’OL.