ASSE: Max-Alain Gradel s’occupe de tout

FOOTBALL Auteur de six buts lors des cinq dernières journées, dont un doublé dimanche face à Lille (2-0), l’international ivoirien a totalement relancé les Verts, provisoirement revenus à deux points de l'OM…

À Saint-Etienne, Jérémy Laugier

— 

Max-Alain Gradel n'a jamais été autant en réussite qu'actuellement depuis son arrivée à Saint-Etienne en 2011.
Max-Alain Gradel n'a jamais été autant en réussite qu'actuellement depuis son arrivée à Saint-Etienne en 2011. — PHILIPPE MERLE / AFP

Où va-t-il s’arrêter? Vainqueur de la CAN en février avec la Côte d’Ivoire, Max-Alain Gradel a totalement remis l’ASSE dans le bon sens depuis son retour. L’ailier de poche a en effet marqué six buts lors des cinq dernières journées de L1, avec un doublé à la clé dimanche lors du succès mérité face à Lille (2-0).

Dans une équipe souvent empruntée aux abords de la surface adverse cette saison et privée dimanche dès la mi-temps de son autre feu follet Romain Hamouma, touché au mollet, Max-Alain Gradel détient incontestablement les clés de la réussite stéphanoise. «Pour prétendre aux places européennes, il faut avoir des joueurs capables de marquer plus de dix buts par saison. Il y a en ce moment une bonne relation dans le secteur offensif et Max se sent libéré», indique Christophe Galtier.

«Je ne porte pas l'équipe»

Avec déjà dix réalisations, l'ancien joueur de Leeds United a largement dépassé son meilleur total sous le maillot vert, qui datait de sa première saison (6 buts en 2011-2012). «C'est ma meilleure période depuis que je suis ici, confirme l'intéressé. Mais je ne porte pas l'équipe, elle se porte toute seule.»

Il n'empêche que l'Ivoirien était partout dimanche. Il aurait notamment dû obtenir un penalty et l'expulsion de Sébastien Corchia lorsque sa tentative, après avoir dribblé Vincent Enyeama, a été repoussée du coude devant sa ligne par le latéral lillois (30e). Encore plus en vue après l'expulsion de Rony Lopes (52e), il a ouvert le score d'une imparable frappe du gauche après un contrôle orienté de classe pour éliminer Corchia (63e).

Il ne cache pas ses ambitions de podium

Puis il a su exploiter un coup-franc indirect après une passe en retrait de Marko Basa étrangement arrêtée par Vincent Enyeama (74e). «Cette combinaison n'était pas prévue, avoue-t-il. Même Mevlut [Erding] pensait qu'il allait frapper. Et puis on a essayé de brouiller les pistes avec Franck [Tabanou].» Une réussite totale que savoure cet audacieux dribbleur, qui n'avait inscrit qu'un but lors des dix premières journées.

«Il faut en profiter car je me souviens qu'il n'y a pas si longtemps que ça, les attaquants stéphanois étaient très critiqués, confie Max-Alain Gradel, qui tient à ne pas se fixer d'objectif personnel de buts. Le plus important, c'est d'aller chercher plus haut que l'année dernière avec le groupe.» S'il s'est bien gardé de mentionner le podium, il n'a pas oublié que l'ASSE (actuellement 5e) a fini la saison précédente à la quatrième place et que le club ne compte provisoirement que deux points de retard sur l'OM (3e).