Rassemblement à Lyon pour soutenir dix manifestants anti Sarkozy

Frédéric CROUZET (à Lyon)

— 

Pour la deuxième soirée consécutive, des manifestations anti-Sarkozy ont eu lieu lundi à Paris et dans d'autres villes, accompagnées parfois d'affrontements avec la police et de dégradations, des violences condamnées par le PS qui a appelé ces opposants à s'exprimer dans les urnes.
Pour la deuxième soirée consécutive, des manifestations anti-Sarkozy ont eu lieu lundi à Paris et dans d'autres villes, accompagnées parfois d'affrontements avec la police et de dégradations, des violences condamnées par le PS qui a appelé ces opposants à s'exprimer dans les urnes. — Fred Dufour AFP

Ils demandent la «libération» de leurs «camarades». Environ 300 personnes, essentiellement des étudiants de gauche et d’extrême gauche, sont rassemblées ce mardi après-midi devant le nouveau palais de justice de Lyon (3e) pour soutenir une dizaine de jeunes jugés en comparution immédiate après avoir été interpellés lors des manifestations anti-Sarkozy dimanche et lundi soir.

Lundi, deux jeunes gens ont été condamnés à des peines de six mois et trois mois de prison ferme pour des violences commises dimanche. Deux autres ont été condamnées à 120 heures de travaux d'intérêt général.

Lundi soir, plus de 200 personnes ont participé à une manifestation qui a donné lieu à des face-à-face avec les policiers et a entraîné des dégradations de vitrines, abribus, kiosques ou encore mobilier urbain, notamment place des terreaux, face à l’hôtel de ville, et sur les pentes de la Croix-Rousse.

Dimanche soir, un millier de personnes avaient manifesté leur mécontentement après l'élection de Nicolas Sarkozy. Place Bellecour, les affrontements entre jeunes militants d’extrême gauche, casseurs, et force de l’ordre avaient fait une quinzaine de blessés, notamment chez les policiers et les gendarmes cibles de jets de bouteilles. Trente-quatre personnes avaient été interpellées.