VIDEO. Lyon: Quand les supporters de l'OL viennent soutenir le volley

INSOLITE Une centaine d'habitués de Gerland ont assisté au premier match de volley de leur vie samedi. L'audacieuse initiative de l'Asul, vainqueur de Paris dans une ambiance de folie, pourrait être renouvelée lors des play-offs de Ligue A...

Jérémy Laugier

— 

Les joueurs de l'Asul se sont prêtés au fameux «Ahou» après la victoire (3-1) face à Paris samedi dernier.
Les joueurs de l'Asul se sont prêtés au fameux «Ahou» après la victoire (3-1) face à Paris samedi dernier. — Romuald Cortes

Jamais les volleyeurs de l'Asul ne pensaient un jour participer au célèbre «Ahou» cher aux supporters de l'OL. Et pourtant, cette scène insolite s'est produite samedi dernier au Grand Palais des sports de Gerland après la victoire (3-1) face à Paris (2e)... et aux côtés du maire de Lyon Gérard Collomb.

L'actuel quatrième du championnat de Ligue A, qui a battu à cette occasion son record historique d'affluence avec 3.900 spectateurs, a en effet réservé 120 places à des habitués du Kop Virage Nord de Gerland. «Pour 5 euros l'entrée avec une bière, histoire de nous motiver», sourit Anthony, qui n'avait comme la grande majorité d'entre eux jamais assisté à un match de volley avant ce choc en élite.

«Ils ont bien respecté l'esprit du volley»

«Nous sommes arrivés comme si nous étions au stade, avec l'envie de tout le temps mettre la pression. Mais on nous a vite fait comprendre qu'il fallait qu'on la boucle quand les joueurs de l'Asul se concentraient avant de servir», reconnaît, un brin gêné, ce supporter de l'OL de 30 ans. 

«Ils ont mis une ambiance exceptionnelle et ils ont réussi à habituer le public du volley à leurs chants, apprécie le président de l'Asul Krassimir Todorov. Je ne voulais surtout pas qu'ils insultent l'adversaire et ils ont bien respecté l'esprit du volley.» Venu avec étendard, drapeaux et capo, le Kop Virage Nord avait vu les choses en grand.

«Certains spectateurs viennent ici comme au cinéma»

«Ils ont apporté le petit plus du football au volley, où certains spectateurs viennent ici comme au cinéma, confie le passeur de l'Asul Hugo Caporiondo. Cette grosse ambiance qu'on ne voit jamais dans ce sport a transcendé certains joueurs et cela a vraiment pu jouer dans les fins de sets très serrées.»

«J'étais un peu déçu de découvrir ce public du volley très passif. Parfois, on se demandait un peu ce qu'on faisait là», constate Anthony. L'indéniable apport de son groupe de supporters donne forcément des idées de collaborations régulières à Krassimir Todorov, alors que Lyon va disputer les play-offs de Ligue A à la surprise générale à partir du 10 avril. Mais cela ne pourra pas se faire lors du quart de finale car le Grand Palais n'est pas disponible jusqu'au 22 avril et que le Petit Palais (1.020 places) affiche rapidement complet.

«Je souhaite une communion entre les sports lyonnais»

«S'ils veulent nous apporter de l'adrénaline en plus dans nos matchs à l'extérieur, ils sont les bienvenus», s'enthousiasme Hugo Caporiondo. A Lyon, l'Asul ne s'est pas rapprochée que des supporters de l'OL (qui avaient déjà assisté à un match de handball du VHA en 2004) ces derniers mois.

Les sportifs d'autres clubs sont régulièrement invités au volley, comme les hockeyeurs des Lions samedi dernier. «Je souhaite une communion entre les sports lyonnais, précise Krassimir Todorov. Nous ne prenons pas la place d'un autre club, sauf pour obtenir des financements où nous tapons tous sans doute aux mêmes portes...»