Lyon: Jérémie Gressier veut devenir le meilleur pâtissier français...

CONCOURS Le jeune homme qui travaille à la Villa Florentine participera les 17 et 18 mars au championnat de France du dessert...

Caroline Girardon
— 
Lyon, le 15 mars 2015
Jérémie Gressier qui travaille comme pâtissier à la Villa Florentine, participera à la finale du championnat de France de dessert les 17 et 18 mars 2015 à Thonon Les Bains
Lyon, le 15 mars 2015 Jérémie Gressier qui travaille comme pâtissier à la Villa Florentine, participera à la finale du championnat de France de dessert les 17 et 18 mars 2015 à Thonon Les Bains —

Derniers réglages, ultimes coups d'œil. A quelques heures du grand rendez-vous, Jérémie Gressier déambule dans les cuisines désertes de la Villa Florentine. Le dimanche, c'est jour de repos. Sauf pour le jeune homme qui préfère vérifier dans les moindres détails l'état de ses casseroles. Et préparer minutieusement son matériel.

«Ici, c'est un peu ma maison, plaisante-t-il. J'y vis sept jours sur sept depuis le mois d'octobre, travaillant de 9 heures à minuit».

Thierry Marx en patron

Car le tout jeune pâtissier de 21 ans s'est lancé un défi de taille : devenir le meilleur en France et remporter le championnat de France du dessert auquel il participera mardi et mercredi aux côtés de sept autres candidats. Une épreuve présidée cette année par Thierry Marx, qu'avait remporté en 2011 Noémie Honiat, ancienne candidate de l'émission télévisée Top Chef.

Natif de Cannes, Jérémie n'en est pas à son premier coup d'essai. Il avait déjà participé à l'événement dans la catégorie junior en 2011, alors qu'il n'avait pas encore 18 ans, décrochant la quatrième place. «L'an dernier, j'ai tenté le coup dans la catégorie professionnelle mais j'ai terminé second lors des étapes régionales, explique-t-il, avide de revanche. J'ai hâte de montrer ce que je vaux.»

Ananas, yuzu et sauge

Cette fois, le tout jeune professionnel mise sur l'originalité. Coaché par son chef Joannic Taton, il n'a pas lésiné sur les heures de préparation, réajustant au moins «7 ou 8 fois la recette» de son dessert. Les heures de repos ont disparu de son planning, les temps mort de la journée, aussi. A la place, Jérémie répète inlassablement les mêmes gestes, cherchant la perfection.

Pour le championnat, il a opté pour un dessert conçu à base d'ananas, de sauge et de yuzu. Mais le jeune homme le sait : cela ne fera pas tout. Il faudra également miser sur la créativité.

 

 

Le dessert de Jérémie Gressier. 

 

 

«J'aurais trois heures et demie pour dresser dix assiettes et réaliser un dessert à base d'un panier mystère, explique-t-il. Je m'attends à tout : aussi bien avoir des légumes que des épluchures ou des fruits exotiques.» Ses collègues ne l'ont d'ailleurs pas ménagé ces dernières semaines, lui apportant des patates douces, de la réglisse et même des topinambours pour titiller sa créativité. Verdict mardi vers 18h30.