Top 14: «C’est incompréhensible de perdre ce match», regrette Romain Loursac

RUGBY L’arrière du LOU peine à expliquer le revers concédé samedi à Castres (23-20), malgré 14 points d'avance et une supériorité numérique en début de deuxième mi-temps...

Propos recueillis par Jérémy Laugier

— 

Romain Loursac ne perd pas espoir, notamment car il reste quatre matchs au Matmut Stadium lors des sept dernières journéespour le LOU.
Romain Loursac ne perd pas espoir, notamment car il reste quatre matchs au Matmut Stadium lors des sept dernières journéespour le LOU. — NICOLAS TUCAT / AFP

Il est entré en jeu à la 51e minute samedi, peu de temps avant que le match de la peur ne bascule totalement pour le LOU à Castres. L’arrière Romain Loursac évoque pour 20 Minutes cette course au maintien en Top 14 qui a vécu un tournant, avec cette défaite (23-20) après avoir mené de 14 points à 15 joueurs contre 14.

Comment le LOU (13e) a-t-il pu laisser échapper ce match crucial face à la lanterne rouge Castres ?

En menant nettement (0-14 puis 5-17 à la 55e) en supériorité numérique, on s’est arrêté de jouer. On a essayé d’occuper leur camp à outrance en craignant de faire du jeu dans nos 50 mètres. Sauf qu’on a alors commis beaucoup trop de fautes et qu’on a pris deux cartons jaunes. En déjouant de la sorte, on a relancé Castres alors que cette équipe avait la tête sous l’eau. Une défaite face à nous l'aurait quasiment envoyée en Pro D2.

C’est la 5e fois de la saison que le LOU s’incline par moins de 5 points d’écart à l’extérieur...

Oui mais c’est la première fois qu’une rencontre ne doit vraiment pas nous échapper. C'est encore pire que la défaite à Grenoble (34-30, le 8 novembre) car nous avons évolué à 15 contre 14. C’est incompréhensible de perdre un match comme ça.

Votre président Yann Roubert a eu des mots durs, qualifiant le LOU «d’équipe la plus bête du Top14»...

Nous avons tous la même analyse. Lyon n’a sans doute pas la moins bonne équipe du championnat mais nous avons été stupides dans cette gestion de fin de match. Il faut assumer nos erreurs et faire front.

Après pareil échec, croyez-vous encore au maintien alors que cinq équipes se tiennent en quatre points?

Rien n’est perdu et on ne va pas se morfondre. Nous avons largement notre destin en mains. Il reste sept rencontres dont quatre à domicile. On sait que le maintien se jouera autour des 50 points (le LOU en compte actuellement 34). Un succès à Castres aurait pu nous offrir un joker. Là, il nous faudra battre Toulon samedi (20h45).

Ne vous arrive-t-il pas de dresser un parallèle avec la précédente saison du LOU en Top 14, en 2011-2012, à la fin de laquelle vous avez retrouvé la Pro D2?

Non car à pareille époque, nous étions déjà quasiment condamnés cette année-là (Lyon a fini lanterne rouge à 17 points du premier non relégable). En plus, on n'avait pas gagné contre une seule grosse cylindrée en 2011-2012. Là, on a déjà battu Clermont (16-13) et le Stade Français (12-9). Nous avons vraiment plus d'atouts sportifs pour nous en sortir.