Papiers en vue pour Papa Chahidi

©2006 20 minutes

— 

Papa Chahidi en voie de régularisation. Hier, le commissaire du gouvernement a demandé au tribunal administratif de Lyon de délivrer un titre de séjour à ce brancardier comorien vivant depuis vingt-trois ans en France sous l'identité de son cousin. « Il faut protéger la vie familiale et privée de l'intéressé. Il faut faire une croix sur cette histoire peu glorieuse », a-t-il souligné.

Employé depuis treize ans à l'hôpital Edouard-Herriot (3e) et père de sept enfants nés en France, Papa Chahidi avait fui les îles Comores, où il était gendarme et, selon lui, menacé de mort. Il s'était réfugié en France sous l'identité de son cousin, Madi Mouhoussini. C'est lorsque ce dernier a effectué un renouvellement de passeport, en 2006, que le pot aux roses a été découvert. La justice avait alors condamné le brancardier à trois mois de prison avec sursis en mars 2006 pour usurpation d'identité et la préfecture avait refusé qu'il reste en France. « C'est un contexte très particulier dans lequel se trouve Papa Chahidi, et le tribunal devrait en tenir compte », a estimé, confiant, son avocat, Alain Couderc. Soutenu à l'audience par une vingtaine de personnes, Papa Chahidi s'est déclaré « touché et plus fort pour attendre le jugement ».