Vénissieux: Le FN peut-il gagner la ville?

POLITIQUE Le parti de Marine Le Pen est crédité de 25 à 30% d'intentions de vote dès le premier tour...

Caroline Girardon

— 

Lyon, le 6 novembre 2014
La mairie de Vénissieux, détenue par les communistes depuis plus de 50 ans, peut-elle basculer à gauche? 
Caroline Girardon / 20 Minute
Lyon, le 6 novembre 2014 La mairie de Vénissieux, détenue par les communistes depuis plus de 50 ans, peut-elle basculer à gauche? Caroline Girardon / 20 Minute — no credit

Et si le dernier bastion communiste du Rhône passait l’arme... à droite? La question est plus que jamais d’actualité à Vénissieux depuis que les partis socialistes et communistes ont annoncé qu’ils présenteraient des listes séparées au premier tour des élections partielles (22 mars). D’autant que l'ombre du Front national, qui avait enregistré 27% aux élections européennes de juin dernier, plane sur la ville.

>>> Pas d'accord entre le PS et le PC à Vénissieux

«A Vénissieux, sur les cinq dernières années, on remarque que le Front national a un potentiel électoral de 16 à 28%, note Daniel Navrot, politologue et directeur de publication de Prospectives Rhône-Alpes. On peut imaginer qu’il engrange 28 à 30% des voix mais je ne crois pas qu’il puisse arriver en tête du premier tour. La liste PC (emmenée par la maire sortante Michèle Picard) devrait être devant lui.»

«Le fait que la gauche parte divisée complique la donne. Vu le contexte national, rien ne semble joué, avance le politologue Paul Bacot. Mais la connaissance des candidats, leurs implantations dans la ville sont des éléments non négligeables lors d’élections municipales. On peut penser que l’ancienne équipe en place a davantage les moyens de mobiliser la population que le Front National qui n’a pas de candidat connu localement.»

Un candidat FN parachuté

Le parti de Marine Le Pen a décidé d’investir Damien Monchau, policier de 28 ans, qui s’était présenté... à la Croix-Rousse aux élections municipales de mars 2014. Un choix «solide» selon certains observateurs qui estiment que le profil du jeune homme pourrait rassembler et créer la surprise.

«Je ne vois objectivement pas le Front National se hisser en tête du premier tour, répète Daniel Navrot. Il faudrait qu’il soit à plus de 30%. Ce n’est pas totalement impossible mais cela induirait que la liste emmenée par Christophe Girard (divers droite) se soit effondrée et qu’elle soit très largement en dessous de son potentiel électoral, c’est-à-dire entre 15 et 25%.»

Vers une triangulaire?

En revanche, la possibilité d'avoir une triangulaire ne serait pas exclue. Encore faut-il savoir quel parti restera sur la touche. Le PS, emmené par Lotfi Ben Khelifa, n'a pas les faveurs des pronostics. En mars dernier, il s'était classé troisième lors du second tour qui avait vu une triangulaire, récoltant 21,68% des suffrages  (contre 37% pour la liste PC et 30% pour la liste divers droite). Depuis, un certain nombre de ses anciens colistiers ont préféré ne pas repartir à ses côtés, voire même faire les yeux doux à Michèle Picard.

Dans l'éventualité où les socialistes seraient éjectés de la course à la mairie à l'issue du premier tour, la tête de liste préfère entretenir le mystère quant à la possibilité d'un ralliement aux communistes. «Nous verrons à ce moment-là car je suis persuadé d'arriver en tête», rétorque Lotfi Ben Khelifa.