Ligue 1: Lyon est vraiment heureux de récupérer son fauteuil de leader

FOOTBALL Souvent poussifs face à Nantes dimanche, les Lyonnais l’ont emporté avec beaucoup de réussite sur le but de Nabil Fekir (1-0). De retour de blessure, Alexandre Lacazette a pu jouer plus d'une heure...

Jérémy Laugier

— 

Alexandre Lacazette s'est montré plutôt discret pour son retour sur les terrains dimanche face à Nantes.
Alexandre Lacazette s'est montré plutôt discret pour son retour sur les terrains dimanche face à Nantes. — LAURENT CIPRIANI / SIPA

Tous les regards étaient braqués sur lui dimanche. Mais Alexandre Lacazette n’a pas transfiguré un collectif lyonnais qui patine actuellement. Après trois nuls consécutifs sans le meilleur attaquant de L1 (21 buts, soit un de plus... que le FC Nantes), touché à la cuisse, l’OL l’a emporté sans convaincre face aux joueurs de Michel Der Zakarian (1-0). «Il ne faut pas croire que son retour va régler tous nos problèmes. Quelques-uns sans doute, mais pas tous», avait prévenu Hubert Fournier.

Effectivement, hormis une convaincante entame marquée par un centre en retrait de Mouhamadou Dabo mal exploité par Nabil Fekir (7e), Lyon n’a pas montré grand-chose dans le jeu en première mi-temps. Il a fallu s’en remettre au seul coup franc bien frappé du match, par Nabil Fekir, repoussé par l’arrête de Rémy Riou (39e).

La chance tourne pour Nabil Fekir

A défaut d’être décisif, Alexandre Lacazette s’est montré généreux et disponible, comme sur une frappe un peu écrasée des 20m (61e). Six minutes plus tard, sa déviation pour Nabil Fekir a fait basculer la rencontre. A la lutte avec Kian Hansen, ce dernier est parvenu avec beaucoup de réussite à glisser le ballon au fond des filets de Rémy Riou (67e). Une délivrance sous forme de coup du sort heureux pour l’OL, seulement auteur de quatre frappes cadrées dimanche.

Guère inspirés techniquement, les partenaires de Maxime Gonalons, qui a frappé un penalty à côté dans les arrêts de jeu, reprennent tout de même un fauteuil de leader brièvement subtilisé samedi par le PSG. Au vu de sa forme poussive du moment, les trois déplacements consécutifs (Lille, Montpellier et Marseille) seront un sérieux révélateur des chances de l’OL pour le titre.