Ligue 1: Comment l’OL a su rectifier le tir loin de Gerland

FOOTBALL Avant le déplacement à Lorient dimanche (21h), les Lyonnais restent sur trois victoires et un nul à l’extérieur en championnat...

Jérémy Laugier

— 

Yassine Benzia et Alexandre Lacazette avaient sonné la révolte lyonnaise à l’extérieur contre l’ETG (2-3) le 7 décembre.
Yassine Benzia et Alexandre Lacazette avaient sonné la révolte lyonnaise à l’extérieur contre l’ETG (2-3) le 7 décembre. — Jean-Pierre Clatot/AFP

Le week-end des Lumières 2014 aura donc marqué un tournant dans la saison lyonnaise. Jusque-là en galère à l’extérieur (12e de L1) avec 3 défaites et 3 nuls en 7 déplacements, l’OL l’a emporté quasi miraculeusement à Annecy face à l’ETG (2-3).

Ebloui par un doublé dans les dix dernières minutes de son meilleur buteur Alexandre Lacazette, qui fera toujours défaut dimanche (21h) à Lorient, Lyon a véritablement lancé ce 7 décembre, même dans la douleur, sa saison loin de Gerland.

Le virage est d’autant plus frappant que la douloureuse série hors du Rhône s’était conclue par une claque (3-0) dans le derby à Geoffroy-Guichard. Les hommes d’Hubert Fournier ont depuis su éviter tout revers en L1, y compris à l’extérieur, grâce à un équilibre collectif ayant peu d’équivalent en France.

Lyon a remporté deux titres avec un moins bon parcours à l'extérieur

Héroïque face au PSG dimanche dernier, Anthony Lopes a ainsi été peu sollicité à Bordeaux (0-5), à Lens (0-2), et même à Monaco (0-0). Maxime Gonalons effectue probablement sa meilleure saison à la récupération et la défense apporte enfin des garanties autour de Samuel Umtiti.

Actuellement 4e de L1 à l’extérieur avec 1,45 point en moyenne, l’OL est certes très loin de la moyenne record générée sous l’ère Gérard Houllier, en 2005-06, avec 2,16 points (41 unités au total). Mais Lyon a obtenu ses deux premiers titres de champion avec une moyenne inférieure à celle de cette saison, à savoir 1,42 point en 2002-2003 et 1,24 point, et même 8 défaites loin de Gerland pour le premier sacre en 2002. Comme quoi les motifs d’espoir ne manquent pas, et surtout pas depuis le 7 décembre.