Lyon: Un policier accusé d'avoir mis son arme dans la bouche d'un automobiliste

JUSTICE Le gardien de la paix a été jugé mercredi. Le parquet a demandé 18 mois de prison avec sursis...

C.G.
— 
A Bordeaux le 21 novembre 2014, Illustration police.
A Bordeaux le 21 novembre 2014, Illustration police. — E.Provenzano / 20 Minutes

«Une interpellation de cow-boy». Le Procureur du tribunal correctionnel de Lyon a requis mercredi 18 mois de prison avec sursis à l'encontre d'un gardien de la paix, assortie d'une interdiction définitive d'exercer son métier.

Le policier en question est accusé d'avoir interpellé un chauffard de façon bien peu légale, rapporte Le Progrès, dans son édition du jour. Les faits remontent au 26 novembre dernier. Ce soir-là, une patrouille de Vaulx-en-Velin prend en chasse une voiture refusant de se soumettre à un contrôle.

«J'ai envie de te fumer»

Appelé en renfort, le policier aurait d'abord brisé la vitre du chauffard avant de lui mettre un coup de poing dans le visage. Mais surtout, selon le conducteur, il l'aurait plaqué au sol pour lui fourrer son arme de service dans la bouche, lui expliquant qu'il «avait envie de le fumer». «En garde à vue, il m'a dit que ma tête allait servir de paillasson», raconte l'homme à la barre.

Le procureur, lui, parle d'un «dossier d'une gravité exceptionnelle», précise que la salive du chauffard a bien été retrouvée sur le canon de l'arme du policier et s'étonne du silence de collègues du policier, qui estime avoir agi en toute bonne foi. La décision sera rendue le 7 avril.