Ligue 1: «Le PSG sait que le danger viendra de Nabil Fekir», estime Eric Carrière

FOOTBALL Consultant pour Canal +, l'ancien triple champion de France avec l'OL (2001-2004) se penche sur les enjeux du sommet de Ligue 1 de dimanche (21h) entre Lyon et le PSG. Avec en toile de fond l'absence préjudiciable d'Alexandre Lacazette...

Propos recueillis par Jérémy Laugier

— 

Eric Carrière apprécie particulièrement le milieu de terrain de l'OL.
Eric Carrière apprécie particulièrement le milieu de terrain de l'OL. — J.E.E./SIPA

Le 19 décembre 2003, il avait soulagé l'OL en répondant à un but de la star parisienne Pauleta (1-1). Champion de France lors de ses trois saisons sous le maillot lyonnais, de 2001 à 2004, Eric Carrière suit de près l'actuel leader de L1, en tant que consultant pour Canal +. L'ancien Nantais se penche pour 20 Minutes sur les principaux enjeux du duel entre l'OL et le PSG, dimanche (21h) à Gerland.

Comment analysez-vous la surprenante saison de l'OL?

Le Lyon actuel me rappelle à la fois le FC Nantes champion en 1995 et l'OL de 2001-2002. Ces joueurs ont grandi ensemble et ils atteignent leur plénitude après environ trois saisons. C'est généralement le temps qu'il faut, même si pour un joueur comme Nabil Fekir, c'est plutôt deux ans.

Justement, comment l'avez-vous trouvé la semaine passée à Monaco (0-0), pour son premier match sans Alexandre Lacazette à ses côtés?

Cela a été compliqué pour l'OL de jouer sans Lacazette. Fekir a quasiment été le seul joueur dangereux sur ce match. Il s'est montré exceptionnel pour conserver le ballon mais il a quand même plus de libertés quand Lacazette est là.

L'absence confirmée de Lacazette dimanche (21h) face au PSG change-t-elle clairement la donne selon vous?

Oui, c'est malheureux qu'il soit blessé pour ce rendez-vous. Dans la construction du jeu, ça ne change pas grand-chose mais cela pose un gros problème concernant la finition. On imagine forcément que Lyon sera moins dangereux dans ce contexte. Le PSG sait que le danger viendra de Fekir et mettra parfois deux ou trois joueurs sur lui, comme il l'a fait la semaine passée face au Rennais Ntep. Benzia et Ghezzal sont tout de même un ton en dessous. 

La grave blessure de Milan Bisevac vous semble-t-elle aussi problématique?

Non, car j'ai trouvé que Lindsay Rose avait fait une bonne rentrée à Monaco. Il est bien présent athlétiquement. Mais il ne faut pas oublier que les difficultés lyonnaises du début de saison étaient surtout défensives, avant que des titulaires ne reviennent. Lyon a quand même désormais beaucoup plus de certitudes. Il faudra surtout qu'Umtiti ne se blesse pas dans cette fin de saison. Si Montpellier a pu être champion en 2012, c'est aussi car cette équipe a été épargnée par les blessures. 

Comment imaginez-vous la bataille au milieu de terrain?

Le milieu de l'OL est excellent, même sans Grenier blessé et avec un Gourcuff pas vraiment fiable. Entre Tolisso et Ferri, Lyon a de quoi voir l'avenir avec sérénité. Et on l'a peu souligné après le match à Monaco mais Gonalons a été très bon. Il est là dans l'anticipation, et surtout il claque bien ses passes qui sont propres et faciles à contrôler. M'Vila était dans ce registre. Tous les milieux lyonnais cherchent à jouer vers l'avant alors que Paris a le défaut d'être trop dans la conservation du ballon. C'est ce que fait Ibra également.

La roublardise d'un Thiago Motta ne pourrait-elle pas faire la différence face à la jeunesse lyonnaise?

C'est toujours dur de faire face à des joueurs qui provoquent beaucoup. Mais à l'OL, les joueurs me semblent plutôt réfléchis bien que jeunes.  Après, c'est sûr que rien ne vaut l'expérience...

A quel type de rencontre vous attendez-vous dimanche?

Je pense que ce sera un gros match car il oppose les deux équipes les plus techniques du championnat. Le PSG est en tout cas sur une bonne dynamique.

Et ce même si Zlatan Ibrahimovic semble actuellement en difficulté?

C'est vrai qu'il est moins bien physiquement. Mais c'est peut-être une bonne nouvelle pour Paris. Je le vois bien revenir à son niveau dans les prochaines semaines, au contraire de la saison passée où il s'était blessé au plus mauvais moment, contre Chelsea en Ligue des champions.

Une partie du titre se jouera-t-il dès cette 24e journée?

Disons que si les Lyonnais gagnent, c'est sûr qu'ils prendraient un vrai ascendant psychologique avec cinq points d'avance. Si Paris prend la tête, cela serait compliqué ensuite pour ses poursuivants car je vois bien cette équipe gérer la pression jusqu'au bout.

Quel serait votre pronostic pour cette rencontre et pour le titre de champion?

Je vois bien un match nul. Pour le titre, j'ai toujours annoncé que les Parisiens seraient champions et même s'ils sont au petit trot, je pense encore aujourd'hui qu'ils le seront.