Ligue 1: Ces OL-PSG qui ont déjà fait chavirer Gerland

FOOTBALL Avant le sommet de dimanche (21h), "20 Minutes" s'est penché sur les trois affrontements les plus mémorables entre Lyonnais et Parisiens lors des quinze dernières années...

Jérémy Laugier

— 

Lisandro tente de dribbler Mamadou Sakho lors de l'éblouissant nul (4-4) ayant eu lieu en février 2012 à Gerland.
Lisandro tente de dribbler Mamadou Sakho lors de l'éblouissant nul (4-4) ayant eu lieu en février 2012 à Gerland. — P.Fayolle/SIPA

Lors des quinze derniers affrontements en L1, les OL-PSG se sont révélés plutôt prolifiques à Gerland, avec 2,6 buts en moyenne par match. Un chiffre évidemment relevé par l'incroyable scénario à huit buts (4-4) de la saison 2011-2012. 20 Minutes vous remémore trois rencontres hors du commun entre Lyonnais et Parisiens, avant leur choc capital de dimanche (21h).

2002-2003: Le dernier chef d'œuvre de Sonny Anderson

Ce 11 mai 2003, Sonny Anderson fait encore un peu plus grimper sa légende, un mois avant de quitter l'OL. Champion pour la première fois de son histoire la saison précédente, le club lyonnais vient de récupérer sa place de leader, grâce au revers (2-1) de Monaco à Paris lors de la 35e journée. Seulement 11e cette saison-là, le PSG compte bien jouer un mauvais tour à l'OL également dans la foulée. Mais à la 25e minute de jeu, l'attaquant brésilien (déjà unique buteur lors du succès à Bordeaux en avril) récupère un ballon anodin au niveau de la ligne médiane et progresse dans le camp adverse. "Je suis juste derrière lui et je me demande pourquoi il frappe d'aussi loin", sourit Eric Carrière. Entouré de quatre Parisiens et sans soutien possible, Sonny Anderson expédie une fusée de plus de 30 mètres. Celle-ci transperce Jérôme Alonzo (1-0) et propulse les hommes de Paul Le Guen vers un deuxième sacre consécutif. Difficile de rêver d'une plus belle et cruciale réalisation pour le dernier des 94 buts de "Sonnygoal" avec Lyon.

2007-2008: Quand Fred s'offre un doublé

Pour les plus jeunes qui auraient découvert Fred en train de se traîner à la pointe de l'attaque brésilienne durant la dernière Coupe du monde, cela risque d'être dur à croire. Intermittent avec l'OL (43 buts en 125 rencontres et quatre saisons et demi à Lyon), l'attaquant international survole pourtant ce match (4-2) face à un PSG qui sauvera sa peau en L1 lors de l'ultime journée à Sochaux (1-2) cette saison-là. Mais ce 23 mars 2008, juste avant de remporter la Coupe de la Ligue face à Lens (2-1) dans le contexte qu'on sait, Paris se sublime. Même face à un doublé de Fred, une frappe... du droit de Grosso devenue décisive, et deux passes décisives de Mathieu Bodmer, le PSG remonte deux buts de retard chez le futur septuple champion de France. Là aussi, on touche à l'improbable avec une tête victorieuse de Zoumana Camara, qui devrait encore être sur le banc parisien dimanche à Gerland, avant un penalty de Jérôme Rothen. L'OL s'en remet à deux superbes mouvements collectifs conclus par Sidney Govou et Juninho pour boucler un sacré feu d'artifice à six buts.    

2011-2012: Un parfum de folie rappelant le 5-5 contre l'OM

"Dans ma carrière, j'avais seulement pris une fois trois buts en six minutes. C'était en 2005 en finale de Ligue des champions avec le Milan AC contre Liverpool (3-3, défaite aux tirs au but) et ce n'est pas vraiment un bon souvenir..." Carlo Ancelotti subit donc la même mésaventure (mais pas les mêmes conséquences) ce 25 février 2012 à Gerland. Mené suite à un but de Guillaume Hoarau, l'OL marche sur l'eau entre la 34e et la 40e minute avec des réalisations de Bafé Gomis, Lisandro, et une sublime volée en pleine lucarne de Michel Bastos. Dans un scénario rappelant à la bande à Hugo Lloris celui d'OL-OM (5-5 en novembre 2009), Paris revient au mental de 4-2 à 4-4 dans les vingt dernières minutes, avec notamment une tête de Guillaume Hoarau au bout des arrêts de jeu.