Olympique Lyonnais: Yassine Benzia a «besoin de ressentir la confiance de son entraîneur»

FOOTBALL L’attaquant de 20 ans, qui n'a été titularisé qu'à deux reprises cette saison, pourrait remplacer Alexandre Lacazette dimanche (21h) à Monaco. «20 Minutes» retrace le parcours d'un espoir qui n'a pas encore éclaté à l'OL...

Jérémy Laugier

— 

L'ombre d'Alexandre Lacazette pourrait planer sur l'OL lors des deux prochains gros rendez-vous. A moins que Yassine Benzia ne saisisse la belle opportunité. P.Fayolle
L'ombre d'Alexandre Lacazette pourrait planer sur l'OL lors des deux prochains gros rendez-vous. A moins que Yassine Benzia ne saisisse la belle opportunité. P.Fayolle — SIPA

Va-t-il saisir sa chance? Présenté comme le buteur en devenir de l’OL depuis plus de deux saisons, Yassine Benzia tarde à s’imposer. Si bien qu’à 20 ans, il affiche un total de 6 buts en 48 apparitions avec les pros. La blessure d’Alexandre Lacazette va le projeter dans la lumière pour les chocs à Monaco dimanche (21h) et face au PSG le 8 février. « C’est un futur très grand », a martelé Jean-Michel Aulas dans L’Équipe, afin de le mettre dans les meilleures conditions.

« Plus que quiconque, Yassine a besoin de ressentir la confiance de son entraîneur », confie ainsi Patrick Gonfalone, qui était son sélectionneur en 2011, lors de la Coupe du monde des moins de 17 ans où il s’était révélé, avec cinq buts inscrits et une élimination en quarts de finale. « Il avait peu joué en qualifications car on le trouvait un peu tendre, se souvient Patrick Gonfalone. Puis il est devenu mon fer de lance au Mondial. Il avait quelque chose en plus dans les trente derniers mètres, entre son aisance technique et sa roublardise. »

« Je ne sais pas si la tête suit toujours... »

Une explosion qu’avaient auparavant constaté ses partenaires U17 à l’OL. « Dès son arrivée au club, il savait où il voulait aller et il a marqué 36 buts. C'est un attaquant qui aime toucher le ballon et participer au jeu. Et puis c’est un gros travailleur », assure Grégoire Viricel, aujourd’hui milieu à Chasselay (CFA). Si Yassine Benzia ne traîne pas vraiment la réputation de bourreau de travail, ses efforts à l’entraînement cette semaine ont pu être appréciés.

« C’est un bon joueur mais je ne sais pas si la tête suit toujours dans son cas, pointe Sylvère Paillot, son ancien partenaire lyonnais, qui vient de signer au Pontet (CFA). Il s’enflammait un peu parfois, mais rares sont ceux qui gardent les pieds sur terre en passant pros à 17 ans... » Un sérieux bémol que Patrick Gonfalone comprend: « C'est le lot des joueurs talentueux qui jouent vite en pros (à 17 ans et 8 mois pour Yassine Benzia). Quand leur dynamique est coupée, comme je le constate actuellement avec le Niçois Neal Maupay, leur ego a du mal à l'accepter et ils montrent des états d'âme ».

Le directeur du centre de formation de l'OL Stéphane Roche vient en aide de son attaquant, pas épargné par les blessures. Après deux buts consécutifs face à l'Evian-TG et Caen en décembre, il a par exemple subi une entorse de la cheville en Coupe de la Ligue face à Monaco, le 17 décembre. « Beaucoup de choses se sont enchaînées pour Yassine en début de carrière. Là, je sens qu'il les a digérées et qu'il a changé son approche mentale pour les matchs ».

« Il se dépouille pour vous s'il sent votre confiance »

C'est pourquoi tout le monde s'accorde à penser que les, deux gros rendez-vous à venir ne l'effraient pas. « Il ne se prend jamais la tête et je suis persuadé qu'il répondra présent. Il lui suffit d'un but pour que ça reparte », estime Grégoire Viricel. « Ce n'est pas un problème de pression quant à ces matchs en particulier mais sur le fait qu'il puisse se mettre en tête de remplacer Lacazette », nuance Patrick Gonfalone. Celui-ci estime autant Benzia que l'ex-sélectionneur des Espoirs Willy Sagnol, qui l'avait qualifié de « perle ».

Il songe plutôt à une autre difficulté: « Au vu de son manque de vivacité et d'explosivité, je ne suis pas sûr qu'il ait la caisse pour tenir le rôle qu'a Lacazette dans cette équipe. Mais il est très généreux sur le terrain. Il se dépouille pour vous s'il sent votre confiance. » De quoi inciter Hubert Fournier à lui tendre la main dès dimanche.