ASSE: «Il manque un leader au milieu» selon Pascal Feindouno

FOOTBALL L'ancien Stéphanois (de 2004 à 2008) livre à «20 Minutes» son regard sur sa carrière mais aussi sur la saison de l'ASSE, qu'il n'imagine pas sur le podium le 23 mai...

Propos recueillis par Jérémy Laugier

— 

Pascal Feindouno échappe au tacle du Lyonnais Tiago lors d'un derby en octobre 2006.
Pascal Feindouno échappe au tacle du Lyonnais Tiago lors d'un derby en octobre 2006. — Patrick Gardin/AP/Sipa

Son rire légendaire résonne encore dans les travées de Geoffroy-Guichard, les soirs de matchs de l'ASSE. Conservant famille et maison à Saint-Etienne, Pascal Feindouno vit toujours dans le Forez, à bientôt 34 ans, et suit de près la saison de son ancienne équipe (de 2004 à 2008), actuellement au pied du podium. Dans l'attente d'un challenge au Maroc, le Guinéen se confie à 20 Minutes sur les Verts, la CAN, son fameux goût pour les soirées ou encore ses petits ponts face aux Lyonnais Diarra et Essien.

Vous n'avez plus disputé un match depuis mai 2014 à Lausanne. Comment vous sentez-vous?

On m'a diagnostiqué des artères bouchées à ce moment-là et ça fait un peu peur à certains clubs. J'attends depuis quatre mois de rejoindre le Hassania Union Sport d'Agadir (Maroc), qui veut de nombreux comptes-rendus médicaux avant de me recruter. C'est long mais je suis toujours optimiste.

Vous arrive-t-il de songer à mettre un terme à votre carrière?

Non, je peux jouer encore longtemps. Je cours les matins et il y a un petit stade derrière Geoffroy-Guichard où je joue souvent au foot contre des anciens Verts comme Patrick Guillou (désormais adjoint de Willy Sagnol à Bordeaux) ou «Doudou» Douala. 

Vous sentez-vous toujours attaché à Saint-Etienne?

Oui, mais il n'y a pas que moi, de nombreux anciens joueurs de l'ASSE reviennent ici. Je suis encore Stéphanois.

Que vous disent en général les supporters que vous croisez?

Je sens qu'ils ne m'ont pas oublié. Ils me demandent toujours pourquoi je suis parti du club.

Justement, vous arrive-t-il de regretter ce départ au Qatar après vos quatre saisons à l'ASSE (36 buts en 150 matchs de 2004 à 2008)?

Il ne faut pas avoir de regrets dans la vie, même si on peut toujours mieux faire. C'est inutile de refaire le monde.

L'actualité du foot est marquée par la Coupe d'Afrique des Nations en Guinée équatoriale. Comment évolue le football africain selon vous?

Il progresse, surtout quand je repense aux tacles dangereux qu'il pouvait y avoir il y a dix ans. A l'époque, si je ne sautais pas pendant 90 minutes, je pouvais prendre pour six mois ou un an de blessure pour des chevilles cassées. Aujourd'hui, la plupart des joueurs africains évoluent hors du continent.

Suivez-vous cette CAN attentivement?

Oh oui, je la suis de près, et ça joue quand même. Je regarde particulièrement les matchs de la Guinée.

Avez-vous un favori pour la victoire finale?

Je reste guinéen et j'ai envie de dire «pourquoi pas nous?». Tout le monde voyait la Guinée dernière de sa poule et elle a obtenu le nul contre les deux costauds (Côte d'Ivoire et Cameroun). Mercredi, c'est foutu pour le Mali (rires)!

Vous imaginez-vous parfois participer à cette compétition?

Oui, j'aurais envie d'y être. Mais j'ai fait une pause avec la sélection après la CAN 2012  et comme je n'ai pas de club en ce moment, c'est compliqué d'y participer. En tout cas, les jeunes veulent tout faire très vite sur le terrain et je pense que je me régalerais dans cette équipe en mettant le pied sur le ballon.

C'était vraiment votre marque de fabrique ça, non?

Moi, je fais courir le ballon. Je ne vais pas courir inutilement. Quand on me voit sur un terrain, on a l'impression que je ne joue pas. Mais les connaisseurs savent qu'il n'y a pas besoin de courir...

Qu'avez-vous pensé des deux défaites consécutives des Verts face au PSG?

Ils ont eu peur contre Paris. Il fallait voler la tactique du PSG et ne surtout pas reculer comme ils l'ont fait. Sur ce genre de matchs, je trouve qu'il manque un leader au milieu qui parle vraiment à tout le monde.

Que peut viser l'ASSE cette saison?

Ce sera difficile de finir sur le podium mais les Verts seront dans les cinq premiers à la fin de la saison. Je vois bien que le club grandit depuis mon époque. Geoffroy-Guichard a été bien rénové et je me dis que mamma mia, ça aurait été bon de connaître ce stade fermé en tant que joueur.

Et vous sentez-vous trop stéphanois pour apprécier cet OL actuellement leader?

Non, c'est une bonne équipe. Le petit qui joue devant là [Alexandre Lacazette], c'est une occase, un but avec lui. Il tente et ne se décourage pas. J'aime bien l'OL, j'avais deux amis là-bas à l'époque, Michael Essien et «Djila» Diarra. On a grandi ensemble dans les sélections de jeunes. Je les surnommais les deux policiers du milieu. Ils ne risquent pas de m'oublier car quand je jouais face à eux, ils étaient obligés de prendre un petit pont (rires).

Quel joueur vous plaît particulièrement dans cette Ligue 1?

J'adore Verratti. A 22 ans, il fait déjà preuve de calme au milieu et il ne recule pas. Et puis, il sait mettre la pression sur l'arbitre. C'est aussi cela qui a manqué à Saint-Etienne car les joueurs sont trop calmes dans cette équipe.

Même si vous assurez ne rien regretter, n'avez-vous pas la sensation d'être passé à côté d'une plus grande carrière (un titre de champion en 1999 avec Bordeaux et une Coupe de France avec Lorient en 2002)?

Non, je me dis que j'étais très loin de tout en Afrique et après 15 ans au bled, personne ne pouvait penser qu'on viendrait me pêcher, moi, parmi plus d'un million de joueurs.

Comment avez-vous vécu, tout au long de votre carrière, les critiques concernant votre goût pour la vie nocturne?

J'ai surtout constaté ces critiques une fois que j'étais parti de Saint-Etienne. Car quand je marquais après avoir fait la fête la veille, les gens ne disaient rien. Ce n'est quand même pas interdit, d'autant que je n'ai jamais fini un match fatigué. Au départ, ces remarques m'embêtaient mais si tu te focalises là-dessus, tu ne réalises plus rien sur le terrain. Et il y en a qui font bien pire mais on ne parle jamais d'eux...