Vénissieux: Vers une probable annulation des élections municipales

POLITIQUE Alors que le Conseil d’Etat doit se prononcer courant février sur la validité du scrutin, le PS adresse un ultimatum au PC...

Elisa Frisullo

— 

Michèle Picard, maire de Vénissieux, lors d'une lecture à  l'école Jean-Moulin, en 201.
Michèle Picard, maire de Vénissieux, lors d'une lecture à l'école Jean-Moulin, en 201. — C. Villemain / 20 Minutes

La décision ne devrait pas intervenir avant quelques semaines. Mais la probable annulation des élections municipales ne semble guère faire de doutes à Vénissieux, après les préconisations rendues vendredi par le rapporteur public du Conseil d’Etat.

Des doutes sur la sincérité du scrutin

La plus haute juridiction administrative avait été saisie par la maire PC Michèle Picard, Lotfi Ben Khelifa (PS) et Yvan Benedetti, qui souhaitent voir cassée la décision du tribunal administratif invalidant l’élection municipale de 2014. Le 7 octobre, la justice avait en effet annulé le scrutin, remporté par Michèle Picard, en raison «de nombreuses et graves irrégularités» constatées sur la liste d’extrême droite conduite par le nationaliste Yvan Benedetti. Vendredi, le rapporteur public du Conseil d’Etat en est arrivé aux mêmes préconisations, considérant qu’il y avait un doute «sur la sincérité du scrutin». Si, comme dans la majorité des cas, le Conseil D’Etat suit ces conclusions, de nouvelles élections devraient être organisées d'ici à cet été dans la commune.

Un rapprochement PC/PS

Un scénario auquel tous les candidats potentiels se préparent depuis plusieurs mois déjà. A commencer par le socialiste Lotfi Ben Khalifa, qui dès samedi a posé un nouvel ultimatum au PC. «Le parti socialiste s'est donné jusqu'au 1er février pour trouver un accord avec le parti communiste afin d'envisager une liste commune », explique dans un communiqué le conseiller municipal PS Lotfi Ben Khalifa. «Mais l'union ne sera possible que sur un programme et une juste représentation des différentes sensibilités. L'union ne se fera pas à n'importe quel prix. L'idée reste quand même de ne pas faire basculer Vénissieux à droite», rappelle le PS qui depuis des mois tente en vain un rapprochement avec Michèle Picard.