ASSE: Franck Tabanou a reculé pour mieux s'élever

FOOTBALL «20 Minutes» retrace le parcours de l'ancien attaquant toulousain, devenu latéral cette saison à Saint-Etienne. Son duel avec Lucas pourrait être déterminant lors du choc ASSE-PSG de dimanche (21h)...

Jérémy Laugier

— 

Franck Tabanou s'est distingué le 4 janvier en inscrivant le premier but de sa saison d'une superbe frappe... du gauche face à Nancy en Coupe de France (1-0). AFP PHOTO / PHILIPPE DESMAZES
Franck Tabanou s'est distingué le 4 janvier en inscrivant le premier but de sa saison d'une superbe frappe... du gauche face à Nancy en Coupe de France (1-0). AFP PHOTO / PHILIPPE DESMAZES — AFP

«À l'époque, il n'aimait pas bien jouer latéral. On le chambrait quand il devait dépanner à ce poste-là», sourit son ancien partenaire toulousain (de 2008 à 2013) Pantxi Sirieix. À bientôt 26 ans, Franck Tabanou a changé d'avis en acceptant avec le sourire l'été dernier de reculer sur le terrain, afin de gagner une place de titulaire indiscutable à l'ASSE.

«J'adore ce poste»

Délesté d'une sévère concurrence dans le secteur offensif (Gradel, Hamouma, Mollo et Corgnet), il s'approche déjà dès le mois de janvier du nombre de titularisations en Ligue 1 de sa première saison sous le maillot vert (18 contre 24). «Je prends mes repères petit à petit et j’adore ce poste. On a eu une discussion avec le coach en début d’année. Il pense que j’ai les capacités pour y réussir et j’étais d’accord. Je n’ai pas vu cela comme une contrainte donc j’y suis allé», assure ce nouveau latéral convaincu, auteur du but décisif le 4 janvier d'une superbe frappe lors du 32e de finale de Coupe de France face à Nancy (1-0, a.p.).

«Il était un peu immature»

Originaire de la région parisienne, Franck Tabanou a d'abord été repéré par le centre de formation du Havre en 2002. Alors entraîneur des moins de 15 ans au HAC, Mickaël Le Baillif se souvient avoir vu débarquer «un petit gabarit frêle, sans argument athlétique, et un peu immature». Malgré cela, l'éducateur le fait évoluer comme milieu offensif axial «car il manquait de vitesse et d'explosivité pour jouer sur un côté».

En difficulté en raison d'une croissance tardive, Franck est cantonné au niveau régional sous le maillot havrais et n'est pas conservé à 16 ans. «Il est parti avec un peu d'amertume envers le club. Il aurait fallu être plus patient avec lui car il avait déjà vraiment un bon pied gauche et un timing impressionnant dans le jeu de tête», confie Mickaël Le Baillif, avec certains regrets. Celui-ci pense cependant avoir une explication à son échec havrais: «C'était un bon garçon mais il était dans un tel cocon familial qu'on ne le sentait peut-être pas assez livré à lui-même pour s'imposer sur le terrain.»

Surnommé «Platoche» au centre de formation de Toulouse

Après une saison au Centre de formation de football de Paris (CCFP), Franck Tabanou rebondit du côté de Toulouse en 2006, où il explose rapidement. «Il était au-dessus du lot pour éliminer et débloquer des situations. Au départ, il manquait juste de coffre», confie Pascal Sempé, qui l'a eu dans son effectif de CFA au TFC. Alors ailier gauche ou deuxième attaquant, ce «joueur de rupture» saisit sa chance avec le groupe professionnel d'Alain Casanova à 20 ans.

Auteur de quinze buts en quatre saisons pleines du côté du Stadium, il y a laissé une belle trace. «Je garde en mémoire son petit passement de jambes, s'amuse Pantxi Sirieix. Son pied gauche pouvait tellement faire des merveilles que quelqu'un l'avait surnommé Platoche au centre de formation. Et puis ce n'était pas le dernier à faire des bêtises et je l'ai rarement vu faire la gueule.»

«Il peut avoir un avenir international à ce poste»

Transféré dans le Forez durant l'été 2013 contre 5 millions d'euros, Franck Tabanou a su se remettre d'une première saison délicate et prouver sa polyvalence. Si bien que le joueur, sous contrat jusqu'en 2017, suscite des intérêts suite à ses six premiers mois de 2014-2015. L’Equipe a d'abord fait état le 12 janvier d’une possible offre venue d’un club d’Europe de l'Est (Dynamo Kiev?). S'il ne semblait pas intéressé par cette opportunité, celle de l'Inter Milan dont il est aussi question pourrait être plus convaincante.

«Il peut aller plus haut, notamment car il arme très vite et frappe très fort», assure en tout cas Bryan Bergougnoux, qui a été son partenaire en 2008-2009 au TFC avant de l'affronter mercredi en Coupe de France avec Tours (3-5). Une opinion partagée par Pascal Sempé: «Il est jeune et il a la capacité d'être encore plus décisif que ce qu'il a fait jusque-là. J'avais joué contre Lizarazu lorsqu'il était attaquant et je me dis que la reconversion réussie de Franck pourrait lui offrir à lui aussi un avenir international.»

Un nouveau test grandeur nature face à Lucas

Pour se convaincre une nouvelle fois de ses aptitudes au poste de latéral gauche, Franck Tabanou va être servi dimanche (21h) lors du gros rendez-vous dans le Chaudron contre le PSG. La semaine passée en Coupe de la Ligue (0-1), il a plutôt bien tenu le choc face à Lucas. «J'ai essayé de le serrer au maximum mais on ne peut pas empêcher tous les centres. Et il en a fait un de décisif...», avait regretté le Stéphanois. Une partie de ce sommet de la saison de Ligue 1 pourrait se jouer dans ce duel de dribbleurs entre le Brésilien et «Platoche».