Olympique Lyonnais: «Il va falloir se remettre la tête à l'endroit», avoue Hubert Fournier

FOOTBALL Lyon, leader de L1 et invaincu depuis fin novembre, est tombé (3-2) en Coupe de France à Nantes, il ne lui reste donc que le championnat à jouer...

David Phelippeau
— 
L'entraîneur lyonnais Hubert Fournier.
L'entraîneur lyonnais Hubert Fournier. — Pierre Minier / Ouest Médias / SIPA

Il n'y a aucun risque que l'OL s'éparpille jusqu'à la fin de la saison. La formation du président Aulas est éliminée de toutes les Coupes et n'a donc plus qu'une compétition à jouer: le championnat de L1 avec peut-être au bout le titre. Mardi soir, les Lyonnais ont été sortis (3-2) par Nantes en 16e de finale de la Coupe de France. Ils ont pourtant mené très vite (5e minute) au score grâce à un but de l'inévitable Lacazette, mais ont encaissé ensuite deux buts en deux minutes. Sur deux contres. A les entendre, les Gones étaient pourtant prévenus que Nantes adorait opérer dans ce registre. 

Trop de confiance, trop de suffisance?

«On leur a donné ces deux buts, peste Lacazette. Je n'ai pas d'explication. On n'avait pas envie de finir la saison qu'avec le championnat... Je suis très déçu. On était trop confiant après notre ouverture du score.» Suffisant, diront même peut-être certains. Lyon a ensuite égalisé par Fekir en seconde période (58e). On s'est alors dit que les hommes de Fournier allaient placer un coup d'accélérateur fatal aux Canaris. Pas du tout. «On a la chance de revenir au score, et quelques opportunités pour aller chercher ce troisième but, explique l'entraîneur Hubert Fournier. Malheureusement, on ne l'a pas mis et la fin est forcément cruelle. Il faut avoir la lucidité de dire que quand on prend trois buts, c'est compliqué d'espérer pouvoir se qualifier.»

Rester tout en haut de la L1, le seul objectif

Car, à une minute de la fin du temps réglementaire, c'est finalement Bessat, le plus Lyonnais des Nantais, qui a inscrit le but de la qualification de Nantes, synonyme de triplé pour lui. Le premier de sa carrière. «Maintenant on sait ce qu'on a à jouer, regrette Fournier. On va déjà bien se remettre la tête à l'endroit pour la réception de Metz (dimanche en Ligue 1) qui va arriver vite.» Maxime Gonalons: «On avait envie d'aller le plus loin possible en Coupe de France, c'est une déception. Il y a des saisons comme ça où on ne peut pas jouer toutes les Coupes. Maintenant, il faut rester le plus longtemps possible en haut de la Ligue 1.»