Olympique Lyonnais: Maxwel Cornet a "un peu le profil d'Alexandre Lacazette"

FOOTBALL Denis Schaeffer, directeur du centre de formation du FC Metz, est très élogieux envers le jeune attaquant de 18 ans que vient de recruter l'OL. Et ce même s'il garde "un goût d'inachevé" de perdre aussi vite un joueur formé dans le club lorrain dès l'âge de neuf ans...

Jérémy Laugier
— 
A peine arrivé à Lyon, l'ancien attaquant messin de 18 ans Maxwel Cornet apparaît dans le groupe d'Hubert Fournier ce mardi à Nantes.
A peine arrivé à Lyon, l'ancien attaquant messin de 18 ans Maxwel Cornet apparaît dans le groupe d'Hubert Fournier ce mardi à Nantes. — AFP

"C'est lui qui va le décider, à travers ses entraînements." C'est ainsi qu'Hubert Fournier a répondu lundi à une question visant à savoir si Maxwel Cornet aurait sa chance avec les pros d'ici cet été, ou s'il allait avant tout devoir s'aguerrir en CFA pendant cette demi-saison. L'entraîneur lyonnais a tenu à maintenir la porte ouverte car il sait que l'attaquant de 18 ans, recruté vendredi dernier par l'OL, peut devenir "un joueur important dans le futur". Il l'a d'ailleurs immédiatement retenu dans son groupe pour le 16e de finale de Coupe de France ce mardi (21h) à Nantes.

"Il ne refuse pas le combat"

Directeur du centre de formation du FC Metz depuis huit ans, Denis Schaeffer ne serait pas surpris s'il réussissait à l'OL: "Il est très prometteur et il peut éclater à Lyon. Il a besoin de s'aguerrir encore dans le jeu mais physiquement, il est prêt". Cet attaquant gaucher ("mais qui a aussi un bon pied droit") est "plus à l'aise dans l'axe" mais il a plutôt évolué sur l'aile gauche en National (3 buts en 12 apparitions) et en L2 (0 but en 14 matchs) entre 2012 et 2014, Diafra Sakho (aujourd'hui à West Ham), s'étant révélé à la pointe de l'attaque. "Il va vite et percute beaucoup. Il a de grosses qualités athlétiques et ne refuse pas le combat. Il joue davantage dans la profondeur que dos au but", précise Denis Schaeffer, qui lui voit "un peu le profil... d'Alexandre Lacazette".

Depuis son arrivée au centre de formation messin à neuf ans, Maxwel Cornet (1m79) a toujours été surclassé. Ce garçon "très agréable et très souriant" s'est surtout révélé aux yeux du monde du football au Parc des Princes lors de la Danone Cup (qui regroupe les meilleurs U12 mondiaux) en 2008. "Il avait fait la différence à tous les matchs, y compris contre les Russes en finale. A partir de là, on savait qu'on devait l'amener chez les pros."

Chelsea, Arsenal et la Juve ont cherché à le recruter

Celui-ci zappe la catégorie U19 pour y parvenir, en signant son premier contrat pro dès l'âge de 16 ans, un record à Metz. "Il a fallu faire vite car tout le monde le connaissait en Angleterre et en Italie. Chelsea, Arsenal et la Juventus cherchaient vraiment à le recruter. Il n'y avait pas besoin d'être un spécialiste pour comprendre qu'il était au-dessus du lot", confie le dirigeant lorrain.

Ce dernier se souvient avec le sourire "du plan Orsec déclenché au club" en juillet 2013 lorsque Maxwel avait dû quitter quelques jours le stage de pré-saison du groupe de L2 en Autriche pour rentrer en France, afin de passer et de réussir son rattrapage de Bac STMG avec un an d'avance.

"Un rapport de force avec le père de Maxwel"

Denis Schaeffer n'hésite pas un instant à ranger Maxwel Cornet "dans la catégorie des Louis Saha, Emmanuel Adebayor et Miralem Pjanic", tous formés à Metz. Mais si Pjanic a tenu à avoir un long contrat avec Metz juste avant d'être transféré... à l'OL en 2008 (pour 7,5 millions d'euros), Cornet a refusé toute prolongation, ne rapportant "que" 400 000 euros à son club formateur et se privant surtout de six mois en L1 sous le maillot grenat.

"Il avait envie de jouer avec nous, assure le directeur du centre de formation. Mais son père est rentré dans un rapport de force et a tout fait pour que la situation se tende. On n'allait pas mettre en vitrine un jeune joueur qu'on allait rapidement perdre."

"J'aurais aimé qu'il vienne nous dire au revoir"

Arrivant en fin de contrat en juin 2015, l'attaquant a continué de s'entraîner avec le groupe professionnel d'Albert Cartier mais il était systématiquement mis de côté pour les rencontres professionnelles. Ses seuls matchs disputés depuis cet été l'ont été sous le maillot bleu des U19, dont il est malgré tout resté l'un des cadres (7 buts en 11 sélections). Une nouvelle preuve du gâchis qu'inspire ce dénouement au FC Metz (17e en L1 avec la deuxième plus mauvaise attaque).

"C'est plus qu'une grosse déception de le voir partir, soupire Denis Schaeffer, très peiné. Il n'a éclos qu'à moitié chez nous. Nous sommes tous frustrés car nous avons aussi investi beaucoup d'énergie humaine auprès de lui. J'aurais aimé qu'il vienne nous dire au revoir. J'espère qu'avec le temps, on retrouvera le Maxwel qu'on a connu..."