Lyon: Apprentis en mécanique, ils créent la "Deuch Cab", une 2CV cabriolet

INITIATIVE Les élèves de l'école Boisard de Vaulx-en-Velin ont travaillé pendant presque trois ans sur ce projet, initié par le Rotary Club...

Caroline Girardon
— 
Les élèves de l'école Boisard de Vaulx-en-Velin ont réalisé une Deuch Cab, une CV cabriolet.
Les élèves de l'école Boisard de Vaulx-en-Velin ont réalisé une Deuch Cab, une CV cabriolet. — no credit

Au départ, ils l'avouent: le projet ne les enthousiasmait guère. Retaper une vieille 2CV en épave pour en faire un modèle cabriolet n'avait rien de très excitant. «Cette voiture, ce n'est pas notre génération», se justifie Kévin, âgé de 18 ans.

Pourtant, aujourd'hui, aucun d'entre eux ne regrette d'avoir participé à l'aventure, particulièrement fier d'avoir monté un «modèle unique, une voiture d'exception».

Le Rotary Club à l'initiative du projet

Les élèves de l'école Boisard de Vaulx-en-Velin, spécialisée dans les métiers de l'industrie et de l'automobile, ont mis au point une «Deuch Cab», autrement une 2CV cabriolet. 450 heures de travail ont été nécessaires pour venir à bout du projet. Soit quasiment deux années de dur labeur. Le défi leur a été lancé par le Rotary du Val de Saône, soucieux de valoriser l'apprentissage et le travail manuel.

«Au début, lorsqu'il a fallu découper les parties oxydées du véhicule, les démonter puis les poncer, la moitié des élèves n'était guère motivée, raconte Jean-Philippe Cherencé, leur professeur. Ils ne voyaient pas le projet avancer. Mais au bout de 200 heures de production, ils se battaient tous pour travailler dessus.» Ce que confirme Kevin : «C'était très long au départ. On pensait qu'on y arriverait jamais. Mais au final, on l'a fait !»

Tout fait à la main

Des sièges au moteur, en passant par le tableau de bord, «Tout a été réalisé à la main. Quand on compare les images d'avant et le résultat actuel, la différence est flagrante», glisse fièrement Romain, 17 ans. «Ce n'est pas tous les jours qu'une telle opportunité nous est offerte, ajoute Tahar. C'est un énorme plus sur notre CV».

«La plupart étaient en décrochage scolaire avant de s'inscrire ici. Ils n'aimaient pas l'école, souligne Jean-Philippe Cherence. Mais là, ils sont capables de réaliser des choses exceptionnelles, qu'ils n'imaginaient pas eux-mêmes.»

La Deuch Cab, premier lot d'une tombola

«Ils ont constaté qu'ils étaient capables de monter une voiture avant même d'être diplômés de l'école. C'est très gratifiant pour eux, note Bernard Fayolle, le directeur de l'établissement. Ce type de projet est un moteur de motivation. C'est quelque chose qui leur fait pétiller les yeux.»

Le véhicule flambant neuf est désormais à gagner lors d'une tombola, organisée par le Rotary. Le tirage au sort est prévu le 17 juin. Une partie des bénéfices sera reversée aux élèves, qui financeront un voyage en Italie pour visiter les ateliers des constructeurs comme Ferrari.