Olympique Lyonnais: Hubert Fournier peut compter sur tout le monde

FOOTBALL L'entraîneur de l'équipe leader de la Ligue 1 s’appuie actuellement avec réussite sur trois joueurs très peu utilisés avant la trêve: Mouhamadou Dabo, Rachid Ghezzal et Lindsay Rose...

Jérémy Laugier
— 
Ici à la lutte avec le Lensois Pablo Chavarria, Mouhamadou Dabo peut enfin enchaîner les titularisations avec l'OL, en raison de départ à la CAN d'Henri Bedimo.AFP PHOTO / FRANCOIS LO PRESTI
Ici à la lutte avec le Lensois Pablo Chavarria, Mouhamadou Dabo peut enfin enchaîner les titularisations avec l'OL, en raison de départ à la CAN d'Henri Bedimo.AFP PHOTO / FRANCOIS LO PRESTI — AFP

La bonne étoile actuelle de l’OL se mesure aussi là. Vainqueur pour la première fois depuis octobre 2006 de six matchs consécutifs en L1, dont le dernier face à Lens (0-2) samedi à Amiens, le leader lyonnais peut aussi compter sur trois joueurs très peu utilisés jusque-là.

Mouhamadou Dabo, le discret

Depuis son arrivée à l’OL il y a trois ans et demi, l’ancien latéral stéphanois n’a jamais fait de vagues mais il n’a été un cadre que lors de la saison 2012-2013, avec 29 titularisations en L1. Depuis l’arrivée d’Henri Bedimo à gauche en 2013, puis de Christophe Jallet à droite cet été, Mouhamadou Dabo (pas épargné par les blessures) a deux valeurs sures devant lui et se retrouve confiné au banc de touche (une seule titularisation en L1 avant décembre).

«La concurrence est saine, c’est ce qui cimente le groupe, a récemment assuré le Franco-sénégalais. Les remplaçants tirent l’équipe vers le haut.» Dabo profite du départ à la CAN de Bedimo pour montrer tout son sérieux, à défaut d’avoir l’apport offensif du Camerounais.

Rachid Ghezzal, le technicien

Touché par une blessure au dos l’ayant écarté des terrains toute la saison passée, le milieu offensif de 22 ans revient enfin. Après huit entrées en jeu intéressantes à partir de novembre, Rachid Ghezzal saisit sa chance comme meneur de jeu titulaire depuis deux matchs, en raison des pépins physiques de Gourcuff et Grenier. Sa passe décisive contre Toulouse symbolise son sens du jeu retrouvé.

Lindsay Rose, le revenant

Relégué au 4e choix en défense centrale en raison de ses débuts manqués cet été, l’ancien Valenciennois de 22 ans n’a pas déçu samedi face à Lens. Si bien qu’après quatre mois sans jouer, il pourrait repasser devant Bakary Koné, parti à la CAN, dans la hiérarchie.