Olympique Lyonnais: Christophe Jallet a "le titre dans un petit coin de la tête"

FOOTBALL L'ancien latéral du PSG est admiratif de la maturité du jeune groupe lyonnais....

Jérémy Laugier
— 
Vainqueur en Coupe de France (2-3) le 4 janvier, le latéral lyonnais Christophe Jallet va retrouver Lens samedi (17h), à Amiens. PHOTO AFP -FRANCOIS NASCIMBENI
Vainqueur en Coupe de France (2-3) le 4 janvier, le latéral lyonnais Christophe Jallet va retrouver Lens samedi (17h), à Amiens. PHOTO AFP -FRANCOIS NASCIMBENI — AFP

«La saison dernière, il y avait aussi des soucis à Paris et ça ne les a pas... enfin ne nous a pas empêchés de gagner le titre.» Le lapsus de Christophe Jallet n’est pas anodin. Limité à 13 apparitions en L1 en 2013-2014, le latéral peine à s’attribuer le dernier sacre de champion de France du PSG. Son rôle est autrement plus important dans l’actuelle aventure lyonnaise, puisqu’il a participé à l’intégralité des 20 premières journées de L1.

"On ne sent pas de joueur partir en vrille"

La prochaine, samedi (17h à Amiens) face à Lens, sera forcément spéciale car l’OL l’abordera pour la première fois de la saison dans le costume de leader.
«On prend ça avec beaucoup de plaisir et de détachement», assure l’international, «100% gagnant» suite à son transfert l’été dernier. À 31 ans, il s’est immédiatement bien intégré avec ses jeunes coéquipiers lyonnais. «La maturité de ce groupe me surprend. On ne sent pas de joueur partir en vrille», souligne celui qui se mue si souvent en ailier droit depuis le début de la saison.

"La dimension internationale" de Lacazette

«Il y a un vrai esprit travail ici et les jeunes ont conscience d’être arrivés dans le groupe professionnel grâce à ça. Ils savent que rien ne vient tout seul et c’est notre force», poursuit Christophe Jallet, sous le charme de ses partenaires, à commencer par «le fer de lance» Alexandre Lacazette. «Il prend une dimension internationale mais il reste très simple. Même s’il marche sur l’eau, Alex travaille toujours autant», apprécie l’ancien Lorientais, qui remarque que les joueurs issus du centre de formation «se connaissent et se sont créés des automatismes dans plusieurs catégories». Autant de qualités qui vont permettre de lutter jusqu’au bout avec le PSG? «On a le droit de se garder le titre dans un petit coin de la tête mais il reste un long chemin à parcourir...»