Olympique Lyonnais: Pour Pantxi Sirieix, «les jeunes de l'OL sont pétris de talent»

FOOTBALL L'emblématique milieu de terrain toulousain apprécie beaucoup l'équipe d'Hubert Fournier, qu'il viendra défier à Gerland dimanche (14h)...

Propos recueillis par Jérémy Laugier

— 

Pantxi Sirieix a participé à sept rencontres de L1 cette saison avec le TFC.
Pantxi Sirieix a participé à sept rencontres de L1 cette saison avec le TFC. — F. Scheiber/20 Minutes

Malgré ses 34 ans et ses 233 matchs de L1, il n’a connu que la défaite lorsqu'il a été aligné à Gerland. Pantxi Sirieix n’est donc guère confiant avant son nouveau déplacement à Lyon dimanche (14h) avec le TFC (14e). L'inoxydable milieu de terrain toulousain se confie à 20 Minutes, notamment sur cet OL 2014-2015 (deuxième de L1) qu'il apprécie tant.

Comment se porte le TFC après sa terrible série de 2 victoires lors des 12 derniers matchs en L1?

Nous sommes dans une situation difficile mais il ne faut pas dramatiser. Les vacances ont fait du bien mentalement, même si nous avons encore perdu pour la reprise en Coupe à Bordeaux (2-1). On n'a plus que le championnat.

Estimez-vous que le TFC joue le maintien ?

Si on n'en est pas conscient avec seulement deux points d'avance sur le premier relégable à la trêve, c'est qu'on ne comprend rien. Il nous reste 19 finales en L1, à commencer par ce déplacement dimanche à Lyon. On sait que cela sera compliqué là-bas au vu de leur super dynamique. Il faudra avant tout bien défendre.

Tout allait pourtant bien pour vous, lorsque vous aviez justement battu (2-1)  l'OL à l'aller au Stadium...

Oui, on faisait de bons petits matchs à l'époque et Lyon avait mal débuté le championnat. Mais on s’est un peu effondré depuis. On a perdu confiance. À nous d’être plus conquérants sur la phase retour.

Que vous inspire cet OL 2014-2015, actuel dauphin de l'OM en L1?

Il y a une génération de jeunes joueurs pétris de talent. Fekir fait de très belles choses. J'ai aussi découvert Ferri et Tolisso. On sent qu’ils arrivent tous avec l’état d’esprit de tenter des choses, de croquer dans l’aventure. Ils sont bien encadrés par Bisevac et Gonalons. Et puis Lacazette est en feu!

Jusqu'où vois-tu aller ce groupe cette saison?

Les Lyonnais ont envie de faire quelque chose de grand et ils ne seront pas loin du titre. Tout dépend si le PSG se met en mode rouleau compresseur. L'OM ne lâchera pas comme ça non plus. Mais je les vois sur le podium.

Quels souvenirs marquants gardes-tu de tes matchs à Gerland?

Je me souviens surtout du premier match du TFC avec Alain Casanova entraîneur. C'était la première journée de championnat (en 2008-2009) et nous avions pris 3-0. Ça allait très vite devant avec Benzema. Et puis le milieu à trois Juninho, Essien et Diarra, c'était quelque chose. Tu savais d'avance que tu allais courir. On souffrait à chaque fois mais on prenait malgré tout du plaisir dans ce match de gala.