Royal se refait une santé à l'hôpital

PRESIDENTIELLE La candidate socialiste avait choisi Lyon pour parler santé. Hier, Ségolène Royal était en déplacement au...

Carole Bianchi

— 

La candidate socialiste à l'élection présidentielle avait choisi Lyon pour parler santé. Hier, Ségolène Royal était en déplacement au centre Léon-Bérard (8e) et l'hôpital Edouard-Herriot (3e) pour discuter des conditions de travail du personnel et rencontrer des malades. Elle s'est attardée plus particulièrement dans les services traitant les cancers. Et pour cause. Ségolène Royal a annoncé pour la première fois qu'elle souhaitait créer une agence européenne de lutte contre le cancer afin de mutualiser les moyens des chercheurs. Les doublons sont « inutiles et coûteux, a-t-elle indiqué. Unir nos forces au niveau européen est une urgence. »« C'est bien de parler du cancer dans la campagne présidentielle, on n'en a pas beaucoup entendu parler jusqu'alors », confiait Karine, 32 ans, soignée au centre anticancéreux Léon-Bérard (8e). « C'est un problème qui peut toucher tous les Français et tous les candidats doivent se sentir concernés », a ajouté la malade. Devant une foule de personnel soignant et de futures infirmières de l'école Rockefeller (8e), Ségolène Royal a ensuite répété vouloir « être la présidente de la défense de l'hôpital public, celui qui garde ses lumières allumées la nuit quand toutes les autres sont éteintes ».Chaudement applaudie, la candidate a ajouté qu'elle souhaitait « remettre à niveau l'hôpital et l'utiliser comme un levier majeur du développement économique ». L'élue socialiste a promis qu'elle reviendrait à Lyon entre les deux tours de la présidentielle.

franchises Royal s'est vivement opposée aux franchises médicales sur les médicaments, les examens, les consultations et l'hospitalisation proposées par Nicolas Sarkozy (UMP). « La France n'est pas condamnée à cette santé à plusieurs vitesses », a-t-elle déclaré.