Eurocoupe: Trois raisons de croire en une qualification de l’Asvel

BASKET Villeurbanne reçoit Ostende ce mercredi pour l’avant-dernière journée du premier tour…

Cyrille Pac

— 

Amara Sy, l'ailier de l'Asvel.
Amara Sy, l'ailier de l'Asvel. — ALAIN ROBERT/APERCU/SIPA

Pas le temps de cogiter. 48 heures après la défaite à Nancy (72-66) en Pro A, l’Asvel doit enchaîner ce mercredi avec la venue d’Ostende à l’Astroballe pour l’avant-dernière journée de la phase de groupes. Malgré 5 défaites en 8 journées, la Green Team peut encore se qualifier. Voici trois bonnes raisons d’y croire.

1. L’Asvel a déjà battu Ostende
Si le club belge devance les Villeurbannais dans le groupe B, il y a peu d’écart entre les deux équipes. Et, mercredi, elles vont s’affronter pour la troisième fois de la saison (victoire française au tour préliminaire d’Euroligue 86-77 et victoire belge lors du match aller d’Eurocoupe 99-97). «Les matchs ont toujours été disputés, se souvient l’ailier Amara Sy. On a eu un match aller difficile, on veut leur rendre la monnaie de leur pièce.» «Ostende, on connaît par cœur, ajoute l’entraîneur Nordine Ghrib mais, eux aussi, ils nous connaissent par cœur. Ça va être un gros match.» A l’Astroballe, les deux équipes se disputeront donc la belle. Mais, comme le rappelle Sy, «à l’aller, on n’avait perdu que de deux points après prolongation. Et on joue à l’Astroballe, c’est un point positif pour nous.»

2. L’Asvel a son destin en main
Dans ce groupe B, seuls Gran Canaria et Dijon sont qualifiés. Et Villeurbanne les rejoindrait en cas de succès dans les deux derniers matchs (contre Ostende donc et… Gran Canaria en Espagne). «On n’a plus le choix, souligne Amara Sy. On veut passer ce premier tour, l’Eurocoupe fait partie des objectifs de la saison. Certes, ça ne se passe pas comme prévu mais ça ne change rien pour nous. Cette compétition est une priorité.» Et même si la semaine est compliquée (3 matches en 5 jours), les «joueurs ne sont pas résignés, affirme Ghrib. Il faut absolument gagner contre Ostende, sinon on est mort.» Si Villeurbanne ne peut pas se qualifier mercredi soir, l’équipe sera en revanche éliminée en  cas de défaite. Et un succès lui offrirait une finale chez le leader du groupe, forcément relâché puisque déjà qualifié.

3. L’Asvel est en progrès
Certes, la Green Team continue de traîner de lourds défauts comme des boulets (pertes de balle, mauvais choix, rebonds déficients…) mais l’équipe affiche bien quelques progrès, surtout offensifs. Depuis la nomination de Nordine Ghrib, l’équipe s’est rééquilibrée vers l’avant. Avant Ghrib, elle tournait à 62,47 points par match. Elle en affiche aujourd’hui 80 par rencontre. «On avait une très bonne défense mais une mauvaise attaque en début de saison, se souvient Amara Sy. Nordine a changé les systèmes, on marque plus désormais. Il nous demande de mieux maîtriser ce qu’on fait, on est en progrès. Chacun trouve son rôle, on utilise mieux le ballon.» Cela suffira-t-il pour figurer parmi le last 32? Début de réponse mercredi soir.