Pas de préjudice moral pour une fille de victime privée de procès

JUSTICE Elle demandait 35 000 euros d'indemnités à l'administration pénitentiaire, celle-ci n'ayant pu empêcher le suicide...

F. C.

— 

Elle demandait 35 000 € d'indemnités à l'administration pénitentiaire, celle-ci n'ayant pu empêcher le suicide, en prison, de l'assassin de sa mère. Le tribunal administratif de Lyon a débouté hier de sa requête la fille de la victime, qui s'estimait privée d'un procès d'assises. Il a considéré que cela ne constituait pas un préjudice moral. Lors de l'audience du 12 mars, le commissaire du gouvernement avait toutefois reconnu une « faute » de l'Etat.