Olympique Lyonnais: «La pression est dans les gênes du club», reconnaît Gonalons

FOOTBALL Le capitaine de l’OL avoue que la défaite à Saint-Etienne a été difficile à digérer…

C.P.

— 

Le Lyonnais Maxime Gonalons et le Stéphanois Max-Alain Gradel, le 30 mars 2014 à Gerland.
Le Lyonnais Maxime Gonalons et le Stéphanois Max-Alain Gradel, le 30 mars 2014 à Gerland. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Après la lourde défaite concédée à Saint-Etienne (3-0) dimanche, l’Olympique Lyonnais a relevé la tête en s’imposant difficilement face à Reims (2-1). Les hommes de Hubert Fournier ont tout de même dû attendre les arrêts de jeu et une bévue du gardien adverse pour arracher la victoire.

Dans les couloirs de Gerland, les joueurs pouvaient souffler… «Ça a été dur mais cette victoire nous fait du bien après la déconvenue du derby, reconnaît le capitaine Maxime Gonalons. On garde la 3e place. Tout n’a pas été parfait mais, dans un championnat, il faut parfois avoir de la réussite. On a vécu des heures difficiles après le derby, il nous a fallu digérer.»

L’objectif déclaré de l’OL, cette saison, est de retrouver la Coupe d’Europe, la Ligue des champions de préférence. Les joueurs étaient donc sous pression après la défaite de dimanche. Mais, selon le capitaine, les joueurs y sont habitués. «La pression est dans les gènes du club, dit-il, on a des ambitions. La victoire a été difficile à décrocher contre Reims mais on l’a eu au mental. Notre effectif est jeune, il faut rester les pieds sur terre car la machine peut vite se dérégler.»

Pour espérer atteindre ses objectifs, l’OL a encore des progrès à faire. «On doit notre troisième place à notre bon parcours à domicile, reconnaît Gonalons. Mais on doit répondre présent à l’extérieur, on doit être meilleur.» Et ça tombe bien car, dimanche, l’OL se déplace à Evian Thonon Gaillard.