Olympique Lyonnais: «Ce n’est pas un match Hubert Fournier contre Reims», rappelle l’entraîneur de l’OL

FOOTBALL Retrouvailles entre le Stade de Reims et Hubert Fournier jeudi à Gerland…

Cyrille Pac

— 

Hubert Fournier a quitté Reims pour Lyon l'été dernier.
/FAYOLLE_Photo056/Credit:Pascal Fayolle/SIPA/1410052302
Hubert Fournier a quitté Reims pour Lyon l'été dernier. /FAYOLLE_Photo056/Credit:Pascal Fayolle/SIPA/1410052302 — SIPA

Les histoires d’amour finissent mal en général. Hubert Fournier et le Stade de Reims ne dérogent pas à la règle. Après cinq années de succès et une accession en Ligue 1, l’aventure entre le club champenois et le technicien lyonnais s’est achevée dans la confusion au moment où l’OL est allé débaucher l’entraîneur l’été dernier.

Les retrouvailles entre les deux parties jeudi à Gerland s’annoncent savoureuses, d’autant que, côté rémois, on n’a rien oublié du feuilleton estival. «Nous avons passé de bonnes années avec Hubert, confie Didier Perrin, vice-président du Stade de Reims. Il est arrivé comme adjoint de Marc Collat avant d’être nommé numéro 1. Mais sa façon de partir était cavalière, il est parti comme un voleur.»

Après avoir en effet prolongé son contrat au cœur de l’hiver, Hubert Fournier était en train de préparer la saison suivante quand l’OL l’a contacté. «C’était même avant un match important, se souvient un observateur du club. Il a un peu planté le Stade alors qu’il était le premier à dire aux joueurs qu’ils devaient d’abord penser au club. Ceux-ci ont d’ailleurs appris son départ dans la presse.»

Le vice-président: «On l’a vu grandir»

Le Stade de Reims d’aujourd’hui porte encore la marque de son ancien entraîneur. Ils ont grandi ensemble pour s’établir en Ligue 1 alors que Fournier n‘avait encore jamais eu l’occasion d’officier au plus haut niveau. «Quand nous l’avons nommé adjoint de Collat, tout était clair: il devait rester à ses côtés pour apprendre et se former afin de le remplacer un an après, rappelle le vice-président rémois. On a eu l’occasion de le voir à l’œuvre et nous avons jugé qu’il était apte. On l’a vu grandir. C’est quelqu’un de gentil qui s’est affirmé au fil du temps.»

Très impliqué, Fournier a contribué à bâtir l’effectif actuel des Rémois et a réfléchi à la conception du nouveau centre de formation. «On a vécu de belles choses ensemble, sourit Fournier. Je connais bien les joueurs et le staff, ce ne sera pas banal pour moi. C’est particulier mais il ne faut pas en faire un match Hubert Fournier contre Reims. Ça reste anecdotique.»

L’adversaire de l’OL aimerait bien venir faire un coup à Gerland, histoire de titiller un peu son ancien entraîneur et, ainsi, conforter le nouveau, Jean-Luc Vasseur, parfois critiqué en début de saison. «Même si on n’était pas toujours d’accord, on travaillait en bonne intelligence avec Hubert, conclut Didier Perrin, car c’est quelqu’un d’ouvert. Et il n’aime pas les conflits. Mais on aimerait bien venir faire un résultat à Lyon.» Histoire de définitivement tourner la page…