ASSE: «Je me sens mieux et ça se voit», affirme Ricky van Wolfswinkel

FOOTBALL L’attaquant stéphanois a marqué trois des cinq derniers buts de son équipe…

Cyrille Pac

— 

Ricky Van Wolfswinkel buteur contre Lyon le 30 novembre 2014 à Geoffroy-Guichard. AFP PHOTO / JEFF PACHOUD
Ricky Van Wolfswinkel buteur contre Lyon le 30 novembre 2014 à Geoffroy-Guichard. AFP PHOTO / JEFF PACHOUD — AFP

Avec deux buts en une semaine, Rick van Wolfswinkel, l’attaquant néerlandais de Saint-Etienne, a peut-être fait taire ses détracteurs. Critiqué, comme l’ensemble des joueurs du secteur offensif des Verts depuis le début de la saison, l’ancien joueur d’Utrecht et du Sporting Portugal a choisi le bon moment pour retourner les supporters: un but, décisif, en Ligue Europa et un autre dans un derby tant attendu. «Ricky », tel qu’il est surnommé, a le sens du timing. «Comme pour n’importe quel attaquant, c’est bien pour moi de marquer», a-t-il confié à 20 Minutes.

Accueilli cet été dans le Forez comme l’attaquant que l’équipe attendait, ses statistiques actuelles commencent enfin à le conforter dans ce statut. Il a ainsi marqué trois des cinq derniers buts de son équipe et celui refusé jeudi dernier en Ligue Europa (d’une talonnade) reflète la confiance retrouvée du buteur après des débuts difficiles à Saint-Etienne. «Lorsque je suis arrivé, j’étais un peu blessé, se justifie-t-il. Je me sens mieux désormais, je pense que cela se voit. J’espère encore marquer mercredi contre Montpellier. C'est une bonne semaine pour moi. Il faut que je continue ainsi.»

Une option d'achat à 6 millions d'euros

Contre Lyon dimanche soir, le néerlandais a aussi profité d’une équipe stéphanoise offensive. Soutenu par Gradel et Cohade, l’ancien serial buteur du Sporting Portugal (29 buts en deux saisons de championnat) est mieux alimenté et pèse donc davantage sur la défense. Loin des canons des attaquants modernes (puissant ou costaud), sa silhouette plus élancée détonne un peu mais son sens du but a toujours été salué partout où il est passé, excepté à Norwich, son seul échec.

Sifflé par Geoffroy-Guichard lors de sa sortie contre Qarabag, il a entendu son nom scandé par tout le stade dimanche soir. «Quand je vois mes attaquants généreux et marquer, c'est toujours une bonne chose. Même si je dois récompenser tout le monde, j'ai une pensée pour Ricky», soufflait Christophe Galtier après le match contre Lyon. Il faut dire que l’entraîneur des Verts fait partie de ceux qui voulaient recruter l’attaquant cet été après avoir croisé sa route en Ligue Europa en 2012.

Prêté jusqu’à la fin de la saison, l’attaquant de 25 ans se verrait bien prolonger son bail dans le Forez. Il faudrait lever l’option d’achat de 6 millions d’euros. Si les dirigeants hésitaient, «Ricky» fait tout pour les convaincre en ce moment.