Lyon: Les cyclistes sont-ils des dangers publics?

TRANSPORTS Selon une étude réalisée par OpinionWay pour MMA, les cyclistes de l'agglomération lyonnaise seraient moins prudents que l'ensemble des autres cyclistes français...

Caroline Girardon

— 

Dix ans après son lancement, Vélo'V, le vélo en libre-service à Lyon, a "changé le visage de la ville", au dire des Lyonnais, et son succès bouleverse les prévisions, au point que le fournisseur JC Decaux a été dépassé par les coûts d'entretien.
Dix ans après son lancement, Vélo'V, le vélo en libre-service à Lyon, a "changé le visage de la ville", au dire des Lyonnais, et son succès bouleverse les prévisions, au point que le fournisseur JC Decaux a été dépassé par les coûts d'entretien. — Fred Dufour AFP/Archives

«La rue est à eux». Quand on lui parle du comportement des cyclistes en ville, Bertrand ne mâche pas ses mots. Selon une étude réalisée par OpinionWay pour MMA, Lyon est considérée comme l'une des agglomérations où les vélos seraient les moins prudents. 55% d'entre eux passent au feu rouge. Et 82% roulent sur les trottoirs.

Le jeune homme en a fait l'amère expérience il y a 18 mois. «Je circulais à voiture quand soudain, un vélo qui roulait sur le trottoir, a déboîté  pour se rabattre en plein milieu de la chaussée, raconte Bertrand. J'ai freiné brusquement pour l'éviter. Et la voiture de derrière m'est violemment rentrée dedans.»

«Ce sont des vrais dangers publics. Les piétons se font agresser en permanence, enchaîne Danièlle. Je ne compte plus le nombre de fois où j'ai failli me faire renverser sur un passage piéton. En plus, on se fait insulter car ils sont obligés de se déporter pour nous éviter.»

Infographie sur le comportement des cyclistes à Lyon - MMA

Le même comportement qu'un piéton

Joseph qui circule à vélo quotidiennement le reconnaît: la prudence n'est pas toujours son point fort. Le jeune homme a été récemment verbalisé pour avoir grillé trois feux rouges de suite. «A vélo, je fais preuve d'incivilité mais je sais foncièrement que je ne devrais pas». Pourquoi? Par facilité, avoue-t-il. «A certains endroits, si l'on suit la piste cyclable, on est obligé de faire des détours. Dans ces cas-là, il m'arrive de monter sur un trottoir.»

«Un cycliste n'est pas patient, analyse Lucie qui circule elle aussi, beaucoup à bicyclette. A vélo, on a les mêmes réflexes qu'un piéton. Par exemple, quand un véhicule se gare, on a la place de doubler. Ce qui n'est pas le cas en voiture. Au feu rouge, on peut s'avancer. Et si l'on voit qu'il n'y a personne, on a le temps de passer. Comme le font les piétons».

Très peu d'accidents

«Certaines fois, on est imprudent car on n'a pas vraiment le choix, poursuit-elle. On constate qu'il y a régulièrement des voitures stationnées en double file sur les pistes cyclables. Ce qui nous oblige à rouler ailleurs. Même chose pour les taxis qui nous klaxonnent alors qu'on est autorisé à rouler dans la même voie. Sans parler des piétons qui marchent régulièrement sur les pistes cyclables ou qui  traversent sans regarder.»

Alors dangereux les cyclistes? A en croire les chiffres du Grand Lyon, pas vraiment. «Sur les 261 accidents piétons recensés l'an dernier, seuls 3,6% impliquent un cycliste (contre 72,7% pour les voitures)», détaille Gilles Vesco, conseiller en charge des questions de mobilité. Inversement, 8,7% des accidents de cyclistes sont dus à l'inattention des piétons. 

Une différence entre les faits et le ressenti

«Moins de 10% des cyclistes empruntent les espaces réservés aux piétons. En revanche, il existe une vraie différence entre les faits et le ressenti des piétons. C'est là-dessus qu'il faut encore travailler», poursuit Gilles Vesco. Et d'insister : «L'arrivée des vélos en ville a pacifié le trafic, calmé les automobilistes. Il y a une attention mutuelle renforcée entre les modes de déplacement.»

Un vélo électrique à gagner
Pour tenter de gagner un vélo électrique, vous pouvez participer à ce quizz.

http://www.20minutes.fr/magazine/jeux/quiz/unveloagagner-114/